Située sur la rive droite de la rivière Dordogne à l'endroit où la vallée s'élargit  après le merveilleux cingle de Trémolat, le port de Mauzac nous apparaît, port qui jadis  au temps de la navigation sur la rivière a joué un rôle important.  Mauzac   qui depuis 1793 avait fusionné" avec la commune de Saint-Meyme-de-Rozens est depuis 1973 devenue par association avec la commune de Grand-Castang : Mauzac et Grand-Castang,  900 habitants)

A Mauzac la rivière Dordogne amorce un malpas où la navigation devient périlleuse. E. Bombal écrit à ce sujet : " ... ce redoutable Saut de la Gratusse, il s'agit non seulement de franchir une chute de 1,30 m, mais de parcourir en 15 secondes les 100 mètres de longueur d'un chenal étroit, au milieu de fortes vagues et entouré de toutes parts de rochers qui dans les temps de grandes sécheresses s'élèvent à 0,50 m au dessus de l'eau ". Les gabarriers passaient devant Mauzac au printemps et en automne au moment des eaux dites " marchandes." plutot qu'en été pendant l'étiage. A  Lalinde " Le Saut de la Gratusse"  contraignait les patrons des bateaux à faire appel à des pilotes pour diriger les embarcations et éviter les naufrages. Devant les difficultés de la navigation  on eut recours à la construction d'un canal latéral de 24 kms, ( de 1836-1840) un barrage à Mauzac fut construit pour donner l'eau à la hauteur voulue pour le fonctionnement du canal (depuis 1986 l'échelle à poissons fonctionne au barrage pour permettre l'accès aux poissons afin de franchir le dénivelé de 7 m.)  plus tard fut rajoutée l'usine hydro-électrique en rive gauche. La batellerie de la Dordogne connût son apogée sous le second Empire et Mauzac pouvait avec grande fierté se prévaloir à cette époque du titre de commune abritant le plus long barrage de France. 

 

MAUZAC-VA

 

( Vue du bourg de Mauzac)

MAUZAC-VA2

( Photos Jacky Schoengen ©) ( Le bourg, l'entrée du canal )

L'église actuelle ne date que du XIX ème siècle, bâtie par l'architecte Valleton, elle fut consacré en 1866 sous le nom de de " Saint-Roch"  on peut voir sa statue à l'intérieur avec un chien à ses pieds qui jadis lui sauva la vie. Elle fut construite beaucoup plus haut par rapport aux berges de la rivière afin de lui éviter les inondations de la dordogne . L'ancienne église, aujourd'hui délimitée par un jardin public se trouvant au bord de la rivière fut sinistrée et en 1858 sa restauration jugée trop coûteuse elle fut rasée.

Eglise mauzac

 L'église Saint Roch et la statue de St Roch , photos Studio Plume et eau )

Eglise-disparue-Mauzac

En 1937 " l'état avait réquisitionné les terrains agricoles de la commune afin d'y implanter une poudrerie qui fonctionnera jusqu'en 1940. Ses effectifs atteignaient plus de 1000 employés dont de nombreux travailleurs étrangers. En 1940 le Ministère de la Guerre s'appropria l'un des deux cantonnements ouvriers et le transforma en prison militaire " le camp Nord" à Sauveboeuf, sur la commune de Lalinde et qui prendra le nom de la commune voisine " Mauzac" !!. Malgré une longue procédure les propriétaires expropriés ne pourront reprendre possession de leurs terres, la prison militaire sera plus tard transformée en centre de détention de Mauzac". ( pour connaître l'hisoire complète de cette poudrerie vous pouvez aller consulter le site très complet et  de Mr J. Tronel : http://prisons-cherche-midi-mauzac.com

Ecluse+pano

 

( Entrée du Canal, et vue panoramique depuis le GR6 photos studio plume et eau)

 

mauzac1

( Vue des quais et le pont, photos studio plume et eau)

Le développement des voies terrestres associé au chemin de fer vont sonner le glas du transport fluvial dès la fin du XIXème siècle. Des ponts sont construits à l'emplacement des anciens bacs ( voir blog) et les gabarres ne vont plus descendre la rivière et s'arrêter au port de Mauzac : en 1926 un décret supprimera la Dordogne en amont de St Pierre d' Eyraud de la liste des voies navigables.  Le  bourg offre  en plus de son superbe plan d'eau de  1000 ha: pour la voile, l'aviron, le canoë-kayak et une superbe base nautique connue au plan international et qui abrite de nombreuses compétions, des  promenades, des belles randonnées  et des points de vue magnifiques. De la place du port, en face de la dordogne par le GR 6 il faut prendre à gauche vers le lieu-dit  " théatre". Il s'agit de murets en ruines qui autrefois délimitaient les terrasses retenant les vignes. En suivant la falaise sur 2 kms au sommet vous verrez une vue somptueuse sur la rivière ; le barrage en contrebas ; le bourg et les ponts. Chemin faisant vous découvrirez des bories qui servaient d'abris aux vignerons. Ne pas oublier la Maison du Passeur ( voir blog du 26/12/2014)

Mauzac P

( Vues de la retenue d'eau vers le barrage en haut, et en bas vue du cingle, photos studio plume et eau )

L'un des plus anciens aménagements au dessus de la rivière serait le cluzeau de la Mariotte, situé entre Mauzac et le cingle de Trémolat. Il a été aménagé au Moyen-Âge pour surveiller la rivière des incursions des vikings.

Mauzac a 3 zones ZNIEFF ( zones naturelles d'intéret écologique, faunistique et floristique) : le cingle de Trémolat, la Combe de Foulissart,le barrage de Mauzac avec les ilots et rapides de la Gratusse, qui abritent des espèces végétales, des migrateurs aquatiques, des forêts de chênes.