l'ABC de Riviereesperance

09 avril 2014

BLOG EN PAUSE TEMPORAIRE ODILON REVIENT VITE .... MERCI DE PATIENTER ....

ODILON  ayant probablement mal digéré un de ses derniers repas doit subir une petite intervention chirurgicale, il vous demande  de bien vouloir patienter et de lui rendre à nouveau visite dès son retour, il espère que son absence sera la plus courte possible, merci de votre indulgence mais à son retour il sera mis au régime .....

Mais le blog compte 401 articles alphabétiques, vous avez donc le temps de faire notre connaissance et de mieux admirer notre belle rivière.

 

blog-en-pause

Posté par riviereesperance à 07:03 - Commentaires [8] - Permalien [#]


03 avril 2014

LE LABEL " GRAND SITE" POUR LA VALLÉE DE LA VÉZÈRE

La Commission supérieure des sites à  donné un avis favorable à l'unanimité au projet de classement et d'inscription de la vallée de la Vézère. Elle a aussi validé le programme de l' Opération Grand site de la Vallée de la Vézère porté epar le Pôle International de la Préhistoire.

Ce projet " Grand site de la vallée de la Vézère" , s'est construit autour d'un fil directeur : donner un paysage à la préhistoire.

Il poursuit 3 objectifs :

- restaurer et protéger activement la qualité paysagère, naturelle et culturelle du site,

- améliorer la qualité de la visite ( accueil, stationnements, circuits, informations, animations) dans le respect du site,

-favoriser le développement socio-économique local dans le respect de ses habitants.

Le feu vert a donc été donné pour l'élaboration, dans le cadre du conterat de plan État-Région, d'une  " convention Grand site" que permettra de mettre en oeuvre les orientations approuvées par la Commission supérieure des sites, dans la perspective d'une labellisation " Grand  Site de France" à l'horizon 2018 et d'une candidature auprès de l' UNESCO de la vallée toute entière à l'horizon 2020.

( Source : Vivre en Périgord, le Magazine du Conseil Général de la Dordogne, n° 41 Mars 2014)

 

01984

 

La Vézère à Tayac

 

 01990

 

Le Val d'enfer

Photos extraites du site de notre ami Philippe Dufour : http://vent.ouest.pagesperso-orange.fr vous pouvez vous y rendre afin de visiter la vallée de la Vézère, bonne promenade aérienne, et merci à Philippe.

 

Posté par riviereesperance à 07:07 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

24 mars 2014

GLOSSAIRE (3/2014) DE L'ART PREHISTORIQUE AU PALÉOLITHIQUE

C'est avec plaisir qu' Odilon nous fait partager une de ses dernières lectures " Petit Glossaire de l' art préhistorique au paléolithique" de Monsieur Alain Roussot, Éditions Confluences, mai 1998. Monsieur Alain Roussot, préhistorien et spécialiste de l'art paléolithique, est conservateur en chef du patrimoine au musée d' Aquitaine à Bordeaux . Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur la Préhistoire.

"PRÉHISTOIRE :  Ce terme désigne l'époque et l'ensemble des disciplines scientifiques qui étudient l'humanité et son en environnement depuis son origine, il y a quelque trois millions d'années, jusqu'à l'apparition de l'écriture, à des dates variant d'une région à l'autre. L'art Préhistorique intéresse les 30 ou 35 derniers millénaires de cette longue période et à notre connaissance n'est l'oeuvre que des Homo sapiens sapiens."

 

"PALÉOLITHIQUE : n. et adj. ( pierre ancienne) . Période couvrant la majeure partie des temps préhistoriques, de l'origine jusqu'à environ 10 000 ans avant notre ère ( fin de la dernière glaciation) . Au début du paléolithique supérieur, il y a 40 000 ans, apparaissent en europe les Homo sapiens sapiens et les premières vraies manifestations artistiques."

 

"MAGDALÉNIEN : n. et adj. ( de l'abri de la Madeleine) Époque et culture -ou civilisation- de la fin du Paléolithique supérieur, de 18 000 à 10 000 ans environ avant notre ère. C'est une période de grande production artistique, mobilière et pariétale, dont les oeuvres se comptent par milliers.

     ART MOBILIER : De petits objets en pierre, os, ivoire ou bois de cervidés, que l'on peut transporter ( portable art en anglais), ont été gravés, sculptés ou, exceptionnellement peints.

      ART PARIÉTAL : Par définition, il se trouve sur des parois de grottes, d'abris, de falaises ou sur de très gros blocs rocheux non mobiles; Par extension, on inclut dans l'art pariétal les oeuvres incisées dans l'argile du sol des grottes ou les modelages tenant au sol."

 

Capture d’écran 2014-03-18 à 17

( Planche B.D tirée de " L'Art Préhistorique en BD de Mr Eric Lebrun, Editions Glénat Grenoble, T1 paru en 2012 et T2 en 2013, voici le lien pour aller sur le site de Mr E. LEBRUN : Paleos Blog, bandes dessinées et illustrations sur la Préhistoire : http://elebrun.canalblog.com/albums/bandes_dessinees/index.html

 

 

 

Posté par riviereesperance à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

16 mars 2014

LA VALLÉE DE LA DRONNE ( 24 )

La rivière " La Dronne", d'une longueur de 200 km, prend sa source au lieu-dit les Borderies dans la commune de Bussières-Galant et se jette dans l' Isle à Coutras( en rive droite) (33) après avoir sillonné le Périgord vert, ses villages anciens, ses cités de caractère ( Saint-Jean-de-côle, Brantôme, Aubeterre sur Dronne.. et ses mille chateaux, ( Bourdeilles ....) Comme beaucoup de rivières de la " Châtaigneraie Limousine " la  Dronne a connu une intense activité autour des moulins, des forges et des affineries ou était utilisé le charbon de bois de châtaignier. Tout au long de son parcours elle traverse de multiples villages anciens, croisant au passage d'anciens moulins et forges témoins de son activité de jadis : scieries, entreprises du bois.

 

Carte-dronne

 

Déjà distinguée par trois zones Natura 2000, la Dronne rivière emblématique du Périgord vert , est un sous-affluent de la Dordogne par l' Isle et à ce titre le bassin de la Dronne faut aussi partie du Label " Réserve Mondiale de Biosphère ( ""UNESCO le 8 Novembre 2012, La  Vallée  de la Dronne   abrite une biodiversité d'espèces végétales et animales remarquable à l'échelle nationale, européenne et mondiale. Ainsi de nombreuses espèces et habitats rares et menavés sur d'autres territoires subsistent dans cette vallée et notamment autour des milieux aquatiques"). Le bassin versant s'étend sur 3 régions, 5 départements, 188 communes dont 50 riveraines à la Dronne. Elle serpente servant tantôt de limite aux régions Aquitaine, Poitou-Charentes, soit en rive droite soit en rive gauche. Elle possède 62 affluents référencés dont 59 ruisseaux et 3 rivières, deux d'entre elles en Périgord vert : la Côle et la Lizoune.

 

Dronne brantome

 

 

 

Brantome11

 

La Dronne à BRANTOME ( photos studio Plume et eau)

 

Bourdeilles11

 

La Dronne à BOURDEILLES, vue depuis le Château ( photos studio plume et eau)

Descendant de ses montagnes limousines elle entre en Périgord par Ferbeix elle va rencontrer tour à tour le Château Lambertie, après le Saut du Chalard elle s'élargit passe par  Saint-Pardoux-la-Rivière où jadis existaient sept moulins. C'est à Brantôme qu'elle reçoit son principal affluent la Côle. En effet après le Château des Rochers, la Vallée de la Dronne s'élargit pour former le cirque de Brantôme, la rivière se divise en deux bras entourant l'île où s'est installée la citée que l'on surnomme la Venise Verte du Périgord.

La Dronne croise bon nombre  des 1001 châteaux du Périgord  dont Bourdeilles siège de l'une des 4 Baronnies du Périgord,( lieu de naissance de Pierre de Bourdeilles, abbé de Brantôme, son Château, son vieux pont) et aussi de sites préhistoriques. Elle continue allant vers l'ouest par Tocane-Saint-Apre ancienne bastide,( ne pas manquer de visiter la Maison de la Dronne) la voici qui passe devant Saint-Méard-de-Dronne, ( où se trouve le conservatoire de la meunerie) le Château Fayolle,  et les paysages, villages, églises, châteaux défilent tantot en rive droite, tantôt en rive gauche.

Elle arrive à Riberac et son Eglise à coupole, après Bourg-du-Bost ( Eglise du xiième siècle) la Lizoune vient rejoindre la Dronne qui va faire un petit détour à Aubeterre-sur-Dronne, classé dans les plus beaux villages de France ( dont  son eglise souterrainne monolite) en Charente et après avoir serpenté  avec nonchalence entre bois et étangs elle retrouve l' Isle en Gironde en amont de Coutras.

 

Aubeterre2

 

AUBETERRE SUR DRONNE, le Village, l'Eglise Monolithe ( Merci,  Photos de notre ami : http://www.mesvoyagesenfrance.com, Monsieur Michel Vincendeau, sur son site de nombreuses photos de ce village et d'autres sur la Dronne que nous vous laissons découvrir

Il est difficile de résumer un si long parcours et toutes les merveilles qu'il renferme, nous n'avons pas tout répertorié, le parcours de la Dronne est fait de tous les villages, monuments, châteaux, étangs, forêts, châteaux que nous n'avons pas tous cités ... de plus la Dronne est le paradis des pêcheurs pour les nombreuses espèces qui vivent et s'y reproduisent on peut citer : truite fario, goujon, anguille, brochet, perche .....

Une promenade à faire aussi le circuit des sources de la Dronne dans le parc naturel Régional Périgord-Limousin.

 

 Nous vous recommandons pour tout savoir de la Dronne  l'excellent livre de Mr Dominique Audrerie " La Vallée de la Dronne" qui n'oublie pas un seul village ni château sur le parcours paru aux éditions PLB 24260 Le Bugue. 

Le site de EPIDOR : http://www.eptb-dordogne.fr pour la Vallée de la Dronne et pour la randonnée : www.randonnée-hautevienne.com

Posté par riviereesperance à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

09 mars 2014

LA BONDRÉE APIVORE ( Gorges de la Dordogne, Natura 2000)

Nous continuons notre découverte du site Natura 2000 de la Z.P.S.( Zone de protection spéciale) des Gorges de la Dordogne, qui se situe à cheval sur 3 départements et 2 régions ( Corrèze, Cantal, Puy-de-Dôme et régions Auvergne et limousin). Ce site a plus particulièrement été désigné en raison de la présence de 16 espèces d'oiseaux d'intéret communautaire nichant sur la zone, nous allons faire connaissance avec un des ses  occupants : "La Bondrée Apivore "

Le site est composé de forêts, de ravins bordant la Dordogne, zone de quiétude pour les rapaces, et des rebords du plateau à vocation agricole. La vallée de la Dordogne est constituée de gorges offrant de fortes pentes et constituant les zones de reproduction privilégiées pour les rapaces, les espaces agricoles constituent les territoires de chasse de ces oiseaux.

La Bondrée Apivore, appartient à l'rodre des falconiformes de la famille des Accipitridae dont l'espèce a été décrite par le naturaliste suédois Car Von Linné en 1758, sous le nom initial de Falco apivorus. Dans la même famille on peut citer aussi l' aigle Royal, le Milan Noir, la Pyrargue à queue blanche, le Busard Cendré ......

C'est une espèce migratrice qui n'est présente en Europe que durant l'été . L'hiver elle migre vers  l'Afrique tropicale à partir du mois de juillet et ne reviendra que vers les mois de mai-juin, elle ne passera que quatre mois pour se reproduire . Elle fréquente les zones humides, les prairies, les cours d'eau, zones boisées, sous-bois, elle niche dans les grands arbres ( hêtres, chênes, pins)

 

bondree

Ce rapace d'une longueur de 50 à  60 cm  d'une envergure de 120 à 150 cm pèse entre 500 à 1000 grammes. Elle ressemble à la buse, mais ses ailes et la queue sont plus longues. La couleur du plumage peut varier, mais les stries horizontales du dessous des ailes et de la queue bordée de sombre sont caractéristiques de l'espèce. Elle a un bec noir crochu, des pattes jaunes recouvertes d'écailles épaisses.La Bondrée apivore est monogame. La reproduction commence dès leur retour, le mâle entame alors  ses vols nuptiaux. Ces rapaces reviennent parfois dans leur nid précédent, en général il est fabriqué de brindilles et de branches bien feuillues, toujours en hauteur pour être à l' abri des autres prédateurs.

La femelle va pondre 2/3 oeufs, mais le plus souvent 2 et le couple va se relayer pour couver les oeufs pendant 30/35 jours. Dès l'éclosion les petits sont nourris par les deux parents, le mâle rapporte le plus souvent des larves ( la bondrée apivore se nourrit principalement d'insectes et plus précisément des hyménoptères  : guêpes,fourmis, et en complément d'araignées, jeunes oiseaux au nid, batraciens. Elle consomme surtout des insectes adultes mais ce sont surtout les oeufs larves et nymphes logées dans leurs cellules qui l'intéressent et dont elle nourrit ses jeunes.) Les petits prendront leur envol à 40 jours mais ils restent au nid les parents continuant à les nourrir, et c'est à huit semaines qu'ils vont prendre leur envol.

La Bondrée apivore subit la pression de la chasse, surtout lors de ses migrations. Son déclin résulte aussi de la dégradation de son habitat, l'usage des pesticides qui diminuent ses proies et par la même son alimentation.

Pernis-apivorus

Nous avons le plaisir d'avoir un nouvel ami en la personne de : Serge Jodra, qui nous a aimablement prêté ces images tirées de son site à visiter absolument http://www.cosmovisions.com 

 

Elle est protégée par la Convention de Berne et par la Convention de Bonn, la convention CITES ( Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction . Elle est inscrite à l'annexe I de la directive Oiseaux de l'Union Européenne, et elle bénéficie d'une protection totale en France , (arrêté Ministériel du 17 avril 1981, relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire)

D'après des textes de :  - inpn.mnhn.fr  http://observatoire-rapaces.lpo.fr

 

Posté par riviereesperance à 07:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :



Fin »