l'ABC de Riviereesperance

14 février 2017

LA GRUE CENDRÉE ( GORGES DE LA DORDOGNE)

Le site Natura 2000 des Gorges de la Dordogne a pour vocation la protection d'espèces d'oiseaux d'intérêt européen. Il est localisé en amont de cette rivière au riche  patrimoine naturel et culturel.

Il s'étend sur près de 46 000  hectares répartis sur 3 départements : le Puy-de-dôme,(10) , le Cantal  (17) , et la Corrèze ( 36) ,regroupant près de 63 communes. Le site est constitue des gorges de la Dordogne et d'une partie de ses affluents tels que le Chavanon, l'Auze et la Maronne. Plusieurs espèces d'oiseaux ( 16 ) d'intéret européen ont valu ce classement des Gorges de la Dordogne.

Ainsi  nous pouvons y trouver des oiseaux nicheurs et des oiseaux de passage, car les Gorges constituent un couloir migratoire et une halte de repos pour les oiseaux faisant un long voyage et parmi ceux ci nous trouvons un oiseau qui nous est familier : La Grue cendrée, annonciatrice par son retour de l'arrivée des beaux jours et par son départ pour des contrées plus chaudes de l'hiver.

 

GrueCendree_DSCN3316-1

Grues cendrées, photo aimablement offerte par Mr Jacques Nicolin, son site consacré aux oiseaux et tout ce qui les concerne à ne pas laisser passer  à l'adresse suivante : http://www.oiseau-libre.net/Site/Credits-photographiques/index.html, avec les remerciements d' Odilon !!

 

La grue cendrée est le plus grand échassier d' Europe. Son plumage est d'un gris cendré relativement uniforme avec les rémiges ( plumes situées sur les ailes qui permettent à l'oiseau de voler) noirâtres. la tête et le haut du cou sont noirs, une bande blanche partant de l'oeil pour se terminer derrière le cou.

La grue cendrée  ( Linnaeus 1758) appartient à l'ordre des gruiformes, de la famille des gruidae. Sa taille de 1,10 à 1,25 m pour une envergure de 1,80 à 2,40 m, pour un poids de 4 à 6 kg,  elle a une longévité maximale observée de 26 ans dans la nature et de 42 ans en captivité.

Cet oiseau qui vole le cou et les pattes tendues émet des cris très caractéristiques qui font lever les têtes lors de leur passage en formation bien souvent en forme de V ou de Y . Hivernant dans les pays chauds tels que l' Afrique, l' Espagne . Les couples arrivent  sur leur site de nidification dans le nord de l'europe en mars-avril. La femelle va pondre 2 oeufs au maximum qui seront couvés à tour de role durant 30 jours. Les poussins suivent très vite leurs parents pour apprendre à se nourrir,  en général ils restent avec les parents jusqu'en hiver, ils ne quitteront les parents qu'entre janvier et mars. 

La grue cendrée  principalement végétarienne se nourrit principalement de racines, végétaux, de céréales qu'ele trouve dans les champs et cultures moissonées, quelques chenilles, sauterelles, limaces ... et parfois des petits vertébrés .

L'asséchement des milieux humides, marais et autres secteurs inondables, l'aménahgement des vallées, la fréquentation touristique, l'utilisation des étangs pour la pêche et/ou la chasse, sont peu propices à assurer de bonnes conditions pour la reproduction de la grue , ainsi que le développement de desproduits phytosanitaires.

La grue cendrée est une espèce protégée depuis1967 en France ( arrêté mùodifié du 17 avril 1981) , inscrite à l'annexe I de la directive Oiseaux, aux annexes II de la Convention de Berne, de Bonn et de Washington, à l'annexe A du règlement CEE/CITES et listée en catégorie B1 de l' AEWA (popultaions d'europe, Nord et Ouest).-AEWA : L'Accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie , est un traité international indépendant développé sous les auspices du programme des Nations Unies pour l'environnement et de la convention de Bonn, conclue le 16 juin 1995 à la Haye)

Si le déclin de la grue cendrée n'est plus d'actualité aujourd'hui, il n'en demeure pas moins que l'espèce reste vulnérable et peut être affectée par plusieurs facteurs dont certains sont l'oin d'être en régression. 

 

D'après : Cahiers d'Habitat " Oiseaux", MHHN : https://inpn.mnhn.fr/docs/cahab/fiches/Grue-cendree.pdf

Pour d'autres sites :http://gorgesdeladordogne.n2000.fr

 

 

Posté par riviereesperance à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


06 février 2017

LE VILLAGE TROGLODYTIQUE DE LA MADELEINE ET L'ABRI DE LA MADELEINE ( TURSAC 24 DORDOGNE)

Le long de la vallée de la Vézère, à quelques kilomètres de distance, la Madeleine et la roque Saint Christophe ( voir blog en date du 13 avril 2016 La Maison forte de Reignac) se trouvent les deux plus beaux exemples d’utilisation de sites troglodytiques en Périgord.

Inscrit dans un méandre de la rivière, près du village de Tursac, l’abri sous roche de la Madeleine a permis de définir l’époque magdalénienne, un des âges de la préhistoire ( entre 15.000 et 9.000 av. J.C. dernière grande phase du paléolithique supérieur) .Il tire son nom de la chapelle du village médiéval situé au bord de la falaise qui le surplombe.
Ce hameau, habité probablement jusqu’à une époque récente, a conservé une partie des murs de pierre qui déterminaient les maisons en utilisant l’avance de la roche à son niveau supérieur. L’abri préhistorique s’étend sur près de 250 mètres de longueur sur la rive droite de la Vézère et au sortir d’un ample méandre.

 

 

panoabrimad

 ( Vue d'ensemble du Village troglodytique de la Madeleine, photo de http://vent.ouest.pagesperso-orange.fr/text/197bad3-53.html, merci de sa collaboration, sur ce site une visite complète du site en photos aériennes, la vallée de la Vézère )

 Le site de la Madeleine fut découvert en 1863 par Edouard Lartet et Henri Kristy, ils vont entreprendre de nombreuses fouilles  et parcourir la Vallée de la Vézère découvrant entre autres les gisements de Laugerie, un des abris du Val d'Enfer ( dénommé depuis Abri Lartet), le Moustier, Liveyre et la Madeleine. Le site était  isolé, difficilement accessible protégé naturellement protégé. Massenat et Girod effectuent des fouilles en 1865, puis Rivière en 1901 et Denis Peyrouty en 1910-1913-1926, les plus récentes ont été conduites par M. J.L Bouvier de 1968 à 1976. ( Le livre  de Monsieur Jean Marc Bouvier ( qui a effectué les dernières fouilles du gisement)  " Un gisement préhistorique : LA MADELEINE,  Editions Pierre Fanlac du 25 mai 1977, plaquette publiée sous les auspices de l'Association "Pour le gisement préhistorique de La Madeleine " ( numéro spécial de son bulletin) TURSAC 24620 LES EYZIES.

Denis Peyrouty, instituteur perigourdin mettra à jour une grande quantité d'objets et oeuvres d'art entre 1910-1913, après la guerre il reprendra son travail aidé en cela par des habitants de Tursac  il fera la découverte de milliers de silex, d'outils en os et bois de rennes; ossements , et le squelette d'un jeune enfant inhumé tout seul avec une parure de plus de 1100 coquillages. ( pour informations se rendre sur le site : http://paleo.revues.org/1058 - la parure de l'enfant de la Madeleine, document complet) .Pour informations visiter le site :  http://musee-prehistoire-eyzies.fr/node/633 - Musée National de Préhistoire.

La partie historique de la Madeleine n'est pas ouverte au public.

A mi hauteur de la falaise on découvre un village troglodytique, dont vous pourrez visiter quelques salles du fort : un village du haut Moyen-âge ( Xème siècle), creusé dans la roche  et fortifié pour résister aux raids des wikings, puis par la suite à la guerre de Cent ans. Le village était encore occupé au XVIIème siècle. Accrochée à la falaise la chapelle gothique  du XV ème siècle . Au XIV ème siècle fut construit le château Petit-Marzac, dont il ne reste que des ruines, puis en face le château de Marzac au XV ème siècle ( ne se visite pas)

 

 made44

Le fort est situé au sommet de l'à pic de la falaise de Tursac, interdisant tout passage sur la Vézère. A l'ouest, un fossé taillé dans le roc l'isolait du reste du plateau. Au nord et à l'est, une douve sèche en partie naturelle concourait à sa défense. La falaise le rendait imprenable au sud. Une tour circulaire occupait l'angle nord-ouest. A mi-hauteur de la falaise, une corniche court le long de celle-ci sur laquelle ouvre une suite d'abris naturels, sous le fort, qui ont dû être utilisés par la garnison comme écuries ou dépendances. Une muraille protégeait le passage et concourait à sa défense.

 

  mad

 

 

   

Madel22

Madel33

( photos de la chapelle et de la corhiche sous le fort, merci à notre Jeannot qui en est l'auteur)

 

Autour de Tursac vous pourrez faire de nombreuses visites : le panorama de la Madeleine : le hameau de Ruth offre à la visite : l'abri Cellier aux parois gravées il y a 30.000 ans et l'abri Pagès  fouillé en 1908 par M. Peyrony qui témoigne d'une importante occupation de l'Aurignacien au Magdalénien. L'abri Villepin fut habité entre la fin du Magdalénien et l' Azilien ( 10.000 à 8.000 ans avant. J.C) et bien d'autres autres gisements tant les sites sont nmbreux.

Le Musée National de la Préhistoire des Eyzies ( http://musee-prehistoire-eyzies.fr) renferme de nombreuses collections issues de tous ces sites. Vous pourrez entre autres y voir l'original du Bison  se léchant  retrouvé lors des fouilles de l'abri de la Madeleine. 

 

 

Posté par riviereesperance à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 janvier 2017

LA CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE

" Les évolutions des techniques de production agricole, sylvicole, industriel et minière, ainsi que les pratiques en matière d'aménagement du territoire, d'urbanisme, de transport, de réseaux, de tourisme et de loisirs, et plus généralement les changements économiques mondiaux ont très fréquemment conduit à une transformation des paysages. La Convention européenne du paysage exprime le souci de parvenir ainsi à un développement durable fondé sur un équilibre harmonieux entre les besoins sociaux, l'économie et l'environnement."

" La Convention européenne du paysage -appelée également la Convention de Florence - a pour objet de promouvoir la protection, la gestion et l'aménagement des paysages européens et d'organiser la coopération européenne dans ce domaine. Ellea été adoptée le 20 octobre 2000 à Florence ( Italie) et est entrée en vigueur le 1er mars 2004 ( série des Traités du conseil de l' Europe n° 176). Elle est ouverte à la signature des Etats membres du conseil de l' Europe et à l'adhésion  de la communauté européenne et des Etats européens non membre. Elle constitue le premier traité international exclusivement consacré à l'ensemble des dimensions du paysage européen."

 

1

 

beynac1

 

( Photos studio plume et eau, la rivière dordogne et ses paysages, chateau de Beynac) 

Dans le préambule de la Convention européenne du Paysage, adoptée le 20 octobre 2000 à Florence ( Italie), il est dit que :

" LE PAYSAGE...

...participe de manière importante à l'intérêt général, sur les plans culturel, écologique, environnemental et social, et ... constitue une ressource favorable à l'activité économique, dont une protection, une gestion et un aménagement appropriés peuvent contribuer à la création d'emplois ;

... concourt à l'élaboration des cultures locales et ... représente une composante fondamentale du patrimoine culturel et naturel de l' Europe, contribuant  l'épanouissement des êtres humains et  la consolidation de l'identité européenne ; 

... est partout un élément important de la qualité de vie des populations : dans les milieux urbains et dans les campagnes, dans les territoires dégradés comme dans ceux de grande qualité, dans les espaces remarquables comme dans ceux du quotidien ;

... constitue un élément essentiel du bien-être individuel et social et ... sa protection, sa gestion et son aménagement impliquent des droits et des responsabilités pour chacun."

Le champ d'appoication de la Convention : 

Elle s'applique à tout le territoire des Parties et porte sur les espaces naturels, urbains et péri-urbains qu'ils soient terrestres, aquatiques ou maritimes.

Elle ne concerne donc pas uniquement les paysages remarquables, les paysages ordinaires du quotidien et les espaces dégradés.

Il existe un "Prix du Paysage du Conseil de l' Europe " qui constitue une reconnaissance de la politique ou des mesures prises par des collectivités locales et régionales ou des organisations non gouvernementales en matière de protection, de gestion et/ou d'aménagement durable de leurs paysages, faisant preuve d'une efficacité durable et pouvant aussi servir d'exemple aux autres collectivités territoriales européennes."

D'après : http://www.coe.int/fr/web/landscape/the-european-landscape-convention

 

 

paysage1

 

paysage3

paysages4

 

( photos studio plume et eau, la rivière Dordogne et ses paysages, ci-dessus La roque Gageac)

Posté par riviereesperance à 16:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

17 janvier 2017

MAURIAC (15 CANTAL)

La charmante ville de Mauriac  l'une des plus vieilles citées du Cantal, située entre la Haute-dordogne et Volcans d'Auvergne devrait son origine à un monastère qui aurait été fondé vers 560 par Théodechilde, petite-fille de Clovis à qui la Vierge serait apparue et y éleva  une chapelle, le lieu devint un centre important de pèlerinage. L'afflux de pèlerins  fut tel que l'eveque de Clermont en prit ombrage et au XIème siècle il fait édifier l'église Notre-Dame des Miracles, église romane, la plus grande de la Haute-Auvergne.

Capture d’écran 2017-01-11 à 16

Plus grand édifice roman du Cantal, elle devrait son nom à une Vierge noire debout en bois polychrome du XVIème placée au dessus du maître-autel,(- lors de la Révolution elle fut endommagée et le menuisier chargé de sa restauration fut obligé de la transformer en Vierge assise, elle devint Vierge debout-) elle est très vénérée dans la région, un pèlerinage  régional rassemble les pèlerins le dimanche qui suit le 8 mai. L'église fut érigée en Basilique  par le Pape Benoit XV en 1921. Cette basilique mérite une longue visite tant elle offre de richesses à voir au visiteur. La couleur de sa pierre volcanique variant du gris au violine. Elle est en  plan de croix latine avec trois nefs. Au flanc sud de la Basilique se trouve une petite lanterne des morts qui marquait l'entrée du cimetière ( aujourd'hui disparu XIV-XVèmes siècles), les fidèles venaient de très loin pour y être inhumés près des reliques de Saint Mary : qui aurait évangelisé la Haute Auvergne  Saint tout particulièrement vénéré en Auvergne dont on peut voir à l'intérieur de l'édifice le buste reliquaire.

Capture d’écran 2017-01-11 à 16

 

( Le tympan ouest)

Lors des guerres de religion en 1574, les protestants s'emparérent de Mauriac l'église fut pillée et le tympan ouest mutilé.( il  représente l' Ascension  et on peut y voir  : le Mont des Oliviers, la Vierge et les doze apôtres, le christ bénissant de la main droite et tenant les évangiles de la main gauche. Unique dans le Cantal il est  une véritable copie de celui de Cahiors, il est de style languedocien).Lors de la Révolution le clocher du transept fut détruit, ce n'est qu'au XIXème siècle que l'église fera l'objet d'importants travaux de restauration pour retrouver son aspect d'origine. Elle fut classée M.H en 1840, et fut érigée en basilique par le pape Benoit XV en 1921. On peut y voir à l'intérieur de nombreux tableaux, bustes, statues des XV èmes au XVIII ème siècles,  du XII ème siècle des fonds baptismaux.

Quant à l'ancien monastère Saiint-Pierre  : détruit en 814 reconstruit au IX ème siècle, il du subir à nouveau : les guerres de Cent Ans,  de Religion, la Révolution l'acheva.  Durant les années 1980, le site fut fouillé  puis classé  Monument historique en 1987. Une visite guidée permet de visiter les vestiges mis à jour, les fondations de l'églse carolingienne primitive, la salle capitulaire du VI ème siècle, la galerie du cloître. ( renseignements pratiques pour visiter vous rendre sur le site : http://www.cantal-destination.com/articles/mauriac-monastere-vestiges-sanctuaire-cantal-295-1.html). Ses pierres serviront après son démantèlement à la Révolution à la construction de la Mairie et d'autres bâtiments officiels de la ville, ce qui permet au visiteur de voir sur les façades alentour des modillons, colonnettes ...

Capture d’écran 2017-01-11 à 16

 

( La Vierge noire, les 3 photos ci-dessus sont extraite du site de notre ami : http://www.mesvoyagesenfrance.com, vous pourrez y visiter l'intégralité de la Basilique et la ville de Mauriac, avec nos remerciements pour son aide toujours précieuse pour illustrer le blog)

 

La ville présente de nombreux édifices :  le Collège Marmontel, autrefois collège royal, il fut fondé par les Jésuites au XVI ème siècle, Jean-franois Marmontel qui y commença ses études fut intendant de la province d' Auvergne sous Louis XV. La Sous-Préfecture occupe une maison du XVI ème siècle à tourelle et à poivrière, elle fut la propriété de Vigier d' Orcet secrétaire du roi Louis XV. Il suffit de parcourr les rues du centre ancien pour regarder et admirer toute la richesse des monuments anciens. Ainsi en prenant le boulevard Monthyon qui surplombe la rue des Pradats  se trouve une fontaine qui a été élevée en mémoire de l' Intendant Monthyon qui organisa des ateliers de charité afin de fournir du travail aux indigents et de réaliser des travaux d'urbanisme; edifiée en 1770, elle est en pierre volcanique comportant une vasque à godrons, ( godrons : ornements allongés en forme de gousses, d'oves dont on décore de spièces d'orfévrerie, des vases de jardin, des chapiteaux ..) surmonté d'un mufle de lion crachant l'eau. Inscrite aux MH 19.05.2003.

 

mauriac-fontaine

( Fontaine de Monthyon : source : Auteur : Pymouss : 4 aout 2013  Licence Creative commons Wikipedia )

En dehors de la ville, sur la route de Neuvic au Puy Saint Mary, se toruvant au sommet d'une butte gazonnée on aperçois la chapelle dédiée à Saint-Mary, laquelle fut construite sur les fondations d'une cbapelle médiévale. Depuis ce monticule on découvre un  panorama  immense et magnifique sur Mauriac, les plateaux de la corrèze et du Cantal, où se creusent  les profondes vallées de l' Auze et de la Dordogne, sur les monts Dore, le massif du Cantal, les montagnes de Meymac et du Limousin. Chaque année, le 8 juin un pélerinage il fut très suivi jadis car les miracles attribués à saint Mary attiraient les pélerins et ils étaient nombreux pour approcher les  reliques .  Il y avait aussi  une foire aux chevaux, aux cerises, la tradition perdure mais il n'y a plus de procession des reliques. ( pour une visite complète de la chapelle, intérieur, extérieur et table d'orientation vous pouvez vous rendre sur le site du petit patrimoine à l'adresse : http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=15120_8.

La ville de Mauriac est le lieu de naissance de l'astronome Chappe d'Hauteroche ( 1722-1769).

 

Chapelle

 ( chapelle Saint Mary)

 ( Sources : Base Mérimee : http.culture.gtouv.fr/public/mistral/merimee - d'après les Guides Bleus Auvergne, édition 1935 Hachette -

Sites à consulter :   http://www.cantal-destination.com/articles/mauriac-monastere-vestiges-sanctuaire-cantal-295-1.html       

 

 

Posté par riviereesperance à 14:38 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

04 janvier 2017

MONSEIGNEUR CHRISTOPHE DE BEAUMONT ( 24 MEYRALS )

 Christophe de Beaumont, né au château de Laroque à Meyrals ( 24 Dordogne) le 26 juillet 1703 était le troisième fils du chevalier de Beaumont, seigneur du  Repaire et sa seconde épouse Marie-Anne de Lostanges de Saint Alvère

 

Mr-Portrait-nb

 ( Portrait source : Gallica)

Il entra dans les ordres et fut ordonné prêtre le 19 juin 1734 et il fut successivement  : chanoine comte de Lyon ( 1732) Grand Vicaire deBlois (1735) official du diocèse de Blois (1737), abbé de Notre-Dame-des-Vertus au diocèse de Chalons (1738) Évêque de Bayonne (1741), archevêque de Vienne en 1745, et à l'âge de 43 ans il fut élevé à l'archeveché de Paris en 1746 et il y restera jusqu'à sa mort survenue en 1781.

Christophe de Beaumont, grand érudit, fut élu proviseur à la Sorbonne, mais il était surtout réputé pour  son immense bonté et sa grande charité . Son palais était ouvert à tous et plus particulièrement aux pauvres, il fit de son palais durant quelques temps l'asile de tous les malades de l' Hôtel-dieu qui avait pris feu, n'hésitant pas à prodiguer lui même des soins aux plus éprouvés. il était si aimé du peuple que lors de ses obsèques tous les pauvres de Paris l'ont accompagné à sa dernière demeure.

Mais Monseigneur Christophe de Beaumont est plus resté dans l'histoire par son combat contre les Jansénistes pour les forcer à accepter la bulle :  "Unigenitus" ( promulguée par le pape Clément XI) et qui condamnait leurs doctrines. Sa rigueur quant au dogme et à la morale  et son intransigeance tant à l'encontre du Parlement que la Cour lui valurent d'être exilé par le roi Louis XV, d'abord à Conflans et Lagny, puis en  son château de dordogne ( de décembre 1754 à 1759 et à nouveau en 1763). Mais il continua par la publication de ses mandements et ordonnances, à administrer son diocèse et combattre le Jansénisme.

il entra aussi en conflit avec les philosophes des Lumières, il condamna " L'Emile" de Jean-Jacques Rousseau (1762) signalant les erreurs contenues dans l'ouvrage du point de vue de la doctrine catholique, Jean-Jacques Rousseau lui répondit en 1763 par sa : " Lettre à M. de Beaumont".

Sur un de ses portraits se trouvant au Château de Laroque, il est vêtu de bleu pervenche et non du célèbre rose évêque, conforme à son état. En effet, avant d'oper pour le rose les évêques portaient des soutanes bleu mauve et Mrg de Beaumont y avait ajouté le rabat, signe de gallicanisme auquel il tenait beaucoup et qui fut supprimé par le clergé français après la guerre de 1914.

Selon l'usage longtemps observé, il fut inhumé le 12 décembre 1781 à Notre-dame-de Paris, son coeur se trouve dans l'église de Saint-cyprien (24). On peut voir dans Notre-dame de Paris dans la chapelle Saint -Ferdinand sa pierre tombale.

Il était Duc de Saint-Cloud, Pair de France et Commandeur de l'Ordre du Saint-esprit

 ( Sources : SHAP 2005 volume CXXXII-  )

2467

(château de Laroque, vue aérienne provenant du site de notre ami  Philippe Dufour : http://vent.ouest.pagesperso-orange.fr/text/index.html, avec nos remerciements pour sa participation à notre blog, d'autres photos à voir sur son site)

 

 oraison-funebre

 ( Oraison funèbre prononcée lors de ses obsèques, Source : B.N Gallica : http://gallica.bnf.fr

Posté par riviereesperance à 07:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :