l'ABC de Riviereesperance

23 juillet 2016

HAUTEFAGE ( 19 CORRÈZE)

En surplomb de la vallée de la Maronne, au coeur de la Xaintrie blanche,  le village de Hautefage, site préhistorique ,  présente un exceptionnel panorama sur la gorge creusée par la  rivière Maronne. Son nom vient des hautes forets de hêtres " Altafagia" qui devaient recouvrir une part de son finage

( Finage :  c'est l'ensemble des terres, aux limites imprécises jusqu' à l'époque moderne nécessaires à la vie d'une communauté rurale : le finage englobe donc les jardins, les champs, les prés, exploités individuellement, les landes et les bois, utilisés collectivement. Le finage est l'élement d'unité le plus solide de la communauté villageoise, qui peut être par ailleurs morcelée entre plusieurs juridictions laïques  ou religieuses . Source : François Moyen : http://www.universalis.fr/encyclopedie/finage/) 

Hautefage 1

Hautefage 2

( photos aimablement prêtées par notre ami : http://www.mesvoyagesenfrance.com, chez qui vous pourrez continuer la visite de Hautefage en photos)

Dans ce  charmant village se trouve  " L'Eglise Notre-Dame ", ( I.M.H en date du 12/06/1926), par suite de reprises ou de remaniements, elle présente des parties dissemblables : abside romane, nef et chapelles du XV ème siècle, un clocher du XIII ème. L'abside est à cinq pans, à l'extérieur comme à l'intérieur.  . Le portail présente de nombreuses voussures  ( un des arcs emboîtes encadrant le haut d'une porte ou d'un portail),  atteignant 3,50 m de profondeur ( 28 colonnes composent ce porche).Il ne porte pas de tympan. Les bases sont composées de deux tores ( moulure demi-cylindrique fréquente dans l'art roman limousin), se chevauchant sans gorge intermédiaire, les chapiteaux à crochets sont minces, allongés, très peu sculptés et ne possèdent pas de tailloirs, ( tablette de pierre surmontant un chapiteau mais indépendante de celui-ci ).

Mais ce qui est rare on y découvre  : " une Poutre de gloire "  du XVII ème siècle, ( poutre transversale destinée à recevoir les statues du Christ en croix, accompagné toujours de deux personnages) ; ici  il s'agit d'une poutre de gloire en bois peint polychrome : Le Christ est vêtu d'un périzonium blanc ; la Vierge une robe rouge et un manteau bleu portant la main droite sur son coeur et tenant un mouchoir ; Saint Jean est vêtu d'une tunique verte et d'un manteau rouge ) . Dans l'une des chapelles sur le retable du XVIII ème siècle on peut y voir  la statue de Saint Roch, accompagné de son ange et de son chien.

Hautefage-33

( Poutre de Gloire Calvaire,  photo Rivière Philippe  Ministère de la culture, Base Palissyhttp://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr

On trouve encore  certaines maisons du village qui ont conservé leurs balcons en bois, qui servaient sans doute de séchoirs à châtaignes compte tenu du climat privilégié de la vallée. 

Aux alentours d'autres visites  : Argentat, ( en revenant sur Argentat , au Garrel, panorama sur les deux vallées),  Les Tours de Merle, Bassignac-le-Haut et bien sur le barrage de Hautefage.

Posté par riviereesperance à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


14 juillet 2016

GLOSSAIRE .... suite 2/2016

Poursuivons notre découverte des mots jadis utilisés sur la rivière Dordogne. Reliefs rencontrés tout au long du parcours des gabariers descendant la rivière. Source : JB Blaudy " Gabarier sur la Dordogne" E. LA TABLE ronde Paris 1945.) 

MAIGRE : Un maigre était un passage étroit longeant quelquefois une rive, tandis que l'autre rive, jusqu'au milieu est recouverte de galets et de graviers - passage redouté, le bateau et son chargement risquant de s'échouer sur les galets.

TOMBANT : ou crochet. Falaise abrupte, paroi perpendiculaire dominant l'eau. Le pied de la falaise est très souvent érodé par les remous de l'eau qui ont creusé des cavernes, des caves, lieux qui servirent de caches tout au long de notre Histoire : pendant la Révolution Francaise à des prêtres réfractaires ; sous l'empire, la tradition veut que le Maréchal Ney se réfugia dans une grotte proche de l' abbaye de Valette à Spontour ; pendant l'occupation allemande, les cavernes des Charbonniers, près du Chambon, cachérent les Maquis et soldats de la Résistance.

 

Pierres

 

PÂLA : le mot patois de barre. Ce sont des bancs rocheux et sableux dont la longueur est variable et que nos mariniers rencontraient surtout en basse Dordogne ( pâla de Mauzac ou de Vignonet ou de Castelnau qui a 3 kilomètres). 

Ces barres se forment à la jonction d'un affluent ou à l'arrivée d'un ruisseau " réservoir" des eaux d'une petite vallée proche ( débit très variable, véritable torrent en périodes de pluies). La barre peut être fermée par les sables et les graviers déposés par les crues précédentes le long des rivières plates ou l'eau s'étale.

 

Amont-Lalinde

 

( En amont de Lalinde ) 

 

BEL : endroit où des calmes plus ou moins profànds succèdent à des rapides ou razols - lieux où la riviere coule de bel, bellement, doucement.

BIEF : Portion de rivière calme, située en amont ( pour rappel amont : c'est le côté de la rivière entre le point où l'on se trouve et sa source), d'un rapide naturel.

CONFLUENT : Lieu de convergence de deux ou plusieurs cours d'eau.

 

confluent

( Confluence entre la Vézère - venant de gauche - qui se jette dans la Dordogne à Limeuil - photos Studio Plume et eau)

 

Posté par riviereesperance à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 juillet 2016

Guillaume LOYSEAU, Médecin d'Henri IV ( 24 Dordogne)

Le célèbre chirurgien Guillaume Loyseau naît au XVI ème siècle  à Bergerac ( dans la seconde moitié du siècle), où il mourut dans la première partie du XVII ème siècle, à des dates inconnues.

Il soigne avec succès en 1588, Henri de La Tour d'auvergne, duc de Bouillon, le frère de Turenne, blessé d'une balle à la cuisse et, en 1587 il guérit Geoffroy de Vivans dont l'abdomen avait été percé d'un fer de lance à la bataille de Coutras.   Le fils de ce dernier  devait écrire : " ledit sieur Loyseau le traitta si dignement que le 15 ème jour il le fist monter à cheval et faire 7 lieues de Gascogne, de Sainte-Foy jusques à Sainct-Serny, près d' Yssigeac et le lendemain à Gavaudun, le faisant demeureur huit jours sans boire ny manger que des gellées, des pruneaux et croustes gluantes. "

( nous sommes alors dans la 8ème Guerre de Religion 1585-1598, Geoffroy de Vivans, né à Castelnaud était un fameux capitaine huguenot et il participa activement aux guerres de religion dans le Périgord du côté huguenot).

En 1590 Guillaume Loyseau   est nommé chirurgien ordinaire  d'Henri V . Remarquable vénérologue, Henri IV lui confère, pour l'avoir guéri d'une incommodité ancienne, le brevet de chirurgien ordinaire du roi de France et l'exempte de la taille et de tous autres impôts pour lui  " et pour toute la viduité de sa femme", par lettres patentes du 18 juin 1598, enregistrées le 31 mai 1617 par la Jurade de Bergerac.

 

H

Henri IV

Mais ne pouvant plus supporter " les longs et pénibles voyages auprès de Sa Majesté", il ne tard pas à résigner ses fonctions. Pendant ses années de retraite, il est maire de Bergerac de 1602-1603 et en 1616-1617, et compose deux ouvrages publiés  à Bordeaux chez Gilbert Vernoy en 1617, le premier écrit en latin est dédié à son fils, le second rédigé en français ( dédié à Louis XIII )  se révèle beaucoup plus intéressant, car il apparait comme un véritable journal des consultations de Loyseau.

Voici la copie d'une lettre qui lui écrivait Henri IV :

" Loiseau. je vous fais ce mot pour vous dire que vous ne fassiés faute de vous rendre auprès de moy, au temps que vous mande M. de La rivière, d'autant que j'aurai besoin en ce temps là de votre service. M'assurant que n'y ferés faute, prierai Dieu Loyseau, qu'il vous aye en sa garde . HENRY. "

Une rue de Bergerac porte le nom de Guillaume Loyseau.

D'après : Monographie des places et rues de Bergerac de Robert COQ. Editions Trillaud 1970.

 

Loyseau

 

 Source  du document ci-dessus :  Loyseau, Guillaume, " Guillelmi Loselli medici et chirurgi Regii. De internorum externorumque fermé omnium curatione libellus. Cum historiis verissimis & nota dignissimis nec non variis & utilissimis eiusdem autoris experimentis,"

        http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/medica/cote?72035

Posté par riviereesperance à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 juin 2016

SUR LES TRACES DES " ILLUSTRES" EN PÉRIGORD ( 24 DORDOGNE)

Il y a " Les maisons des Illustres" que l'on peut visiter, mais il y a depuis peu un livre intitulé " Carnet de voyage", ayant pour auteurs Madame Joëlle CHEVÉ, historienne, journaliste pour la revue Historia, chroniqueuse de radio et télévision qui a publié de nombreux ouvrages sur le Périgord, et Monsieur José CORRÉA, peintre et aquarelliste, qui participe comme illustrateur à de multiples publications, guides de promenades ... dont les peintures sont exposées régulièrement dans le département, mais aussi en France et à l'étranger.

Ces deux talents réunis ont donc à quatre mains !!! fait un ouvrage qui comme le dit si bien Madame CHEVÉ dans sa préface :

" J'aimerais mieux, à l'aventure, être le second ou le troisième à Périgueux, que le premier à Paris " .... qui pouvait mieux que Montaigne, l'illustrissime sage du Périgord exprimer la saveur si particulière de la célébrité lorsqu'elle se conjugue avec l'amour des lieux ?"......

...Certains sont partis pour mieux revenir, d'autres sont arrivés pour ne jamais repartir. Et il en est même qui ne sont jamais venus mais que le Périgord s'est approprié avec un flair infaillible .... celui de Cyrano .

Mais en fin de compte, qu'est qu'un illustre ? Le terme veut dire à peu près la même chose que " célèbre", avec une petite distinction cependant : " illustre" indique l'éclat qui vient du sujet et de ses oeuvres, et " célèbre" l'éclat qui lui est envoyé par ses admirateurs. Nul doute, qu'après avoir suivi les traces de nos illustres en Périgord, vous n'en fassiez des Célébrités......"

Illustree01

 

Quelques illustres à découvrir parmi une centaine d'autres tels que : Paul Abadie, Etienne La Boétie, Charles armand de Gontaut-Biron, Henri IV,  André Maurois,  Jacquou le croquant etc..... 

Illustres2

Illus0003

Editions Echappée Belle,  BP 60008- 24001 PÉRIGUEUX CEDEX - www.echappee-belle.net     contact@echappee-belle.net  ( petit prix 9,90 €) pour ne rien  rater lors de votre visite en Périgord.

Posté par riviereesperance à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 juin 2016

BOURG " EN " GIRONDE ...... MAIS SUR LA DORDOGNE ( 33 GIRONDE)

BOURG " en " Gironde ou " sur " Gironde, bien ma nommée puisque la ville domine en fait la Dordogne et non la Gironde. Peut être le nom vient-il d'une époque où ma sédimentation n'avais pas encore aussi loin le Bec d'Ambès, et où la Garonne se mêlait à la Dordogne, soit en aval de Bourg, soit sous les murs même de Bourg. Mais présentement Bourg est à un bon kilomètre en amont du confluent des deux fleuves . Autrefois la ville s'appelait  Bourg-sur-Mer. En 1668, un historiographe disait d'elle : " On dit Bourg-sur-Mer" appelant mer la rivière de  Dordogne à cause qu'dlle et fort large devant Bourg, va vient et porte grands nabvires comme une mer ...."  ( La Dordogne de l' Auvergne à la Gironde de M. Jean Secret 1962 Ed.  Horizons de France Paris )

BAMBES2

 

 Bâtie sur un piton rocheux. Bourg à l'origine Villa Pauline, fondée au IVème siècle par Pontius Léontinus, aieul de St Paulin ; ville fortifiée au IVème siècle, sa situation en bord de rivière et sa vue imprenable en faisait un emplacement stratégique, de plus verrou de la ville de Bordeaux, elle suscita les convoitises des envahisseurs au fil des siècles, qui passant et ravageant il y eut : les Francs, les Sarrazins, les Carolingens, les Normands et les Wisigoths. La ville fut âprement disputée durant la Guerre de Cent Ans entre les forces fidèles au roi de France et les alliés du roi d' Angleterre. Puis vinrent les Guerres de religion, puis la Fronde qui fit venir en septembre 1650 Louis XIV alors âgé de 12 ans en compagnie de sa mère Anne d'Autriche, une fois la Fronde réprimée en punition il fit abattre la citadelle. Vestiges de ce passage, subsistent les " devant d'autel" brodés dit-on par Anne d' Autriche.

Bourg11

Cette charmante ville offre de son riche passé historique une grande diversité de monuments, maisons, sites,dont certains classés aux M.H et d'autres protégés par les M.H :  on peut citer : la crypte et l'enclos de l' église de la Libarde de la seconde moitié du 11 ème siècle et classée en 1965 : des maisons fortifiées, des façades du XVII ème  siècle bâties avec le pierres venant des carrières proches de couleur si particulière jaune clair à grain moyen et résistant au gel. Aujourd'hui il ne reste plus que les pierres de Bourg et Frontenac qui sont encore exploitées. L'ancien Hôtel de Ville, jadis siège de la Jurade du XVIII ème siècle, aujourd'hui Office du Tourisme ; des remparts de la ville il ne reste que deux ruines de portes aux deux extrémités de la ville, l'une dénommée : Porte du Port ( vestige des remparts du XIIIème siècle pour protéger la cité domine les quais de la  dordogne, l'autre qui défendait la route se dirigeant vers Blaye ou Porte de Blaye. ( une plaque commémorative indique que Bourg a subi 10 sièges jusqu'au XVI ème siècle.)

Une superbe Chartreuse " dite Château de la Citadelle"  bâtie sur l'emplacement de l'ancienne résidence gallo-romaine offrant de superbes jardins à la Française et qui abrite le musée " au Temps des calèches".

bourg22_

 

( Photos de Bourg venant du blog de notre amie : http://jetraine.canalblog.com/tag/Gironde/p20-0.html, pour visiter la ville, vous rendre sur Gironde, page 3 et ouvrir bonne visite, et merci à Gloria de sa participation)

Bourg est renommée pour son vignoble " A.O.C côtes de Bourg" et ce depuis 1936/1945,lequel s'étend sur 15 communes soit environ 4000 hectares en bordure de la rivière.C'est d'ailleurs à partir du XVIII ème siècle que va se généraliser la pratique d'expédier le vin en bouteilles, car il se conservait mieux que le vin en fût. La demande augmentant c'est de cette époque que furent implantées les premières manufactures de verre établies à Bordeaux, Bourg-sur-Gironde et Libourne. Il fallait obtenir lettres patentes du conseil du Roi pour pouvoir fonder une telle entreprise, et c'est en 1724 que l'allemand Gaspard Fonberg s'nstalla . Le document du 23 janvier 1725 l'autorisant comporte entre autre : "  ériger cette verrerie en manufacture royale, avec permission d'y avoir un portier à la livrée du Roy " .

Les alentours  offrent de nombreuses et variées promenades et beaucoup de découvertes : au lieu-dit " Les Gogues" se trouvent les vestiges de la Villa Gallo-romaine, visiter la grotte de " Pair-non-Pair" à Prignac-et-Marcamps ( 3ème grotte ornée révélée au monde, découverte en 1881 par l' archéologue François Daleau, né à Bourg), La Citadelle de Blaye et le verrou Vauban etc .... Bourg bénéficie du label " Villages Anciens" qui a pour vocation la sauvegarde et la mise en valeur des patrimoines bâtis anciens dans 19 villages de Gironde.

Durant le Moyen-Âge se tenait le commerce du sel les navires venant décharger dans les ports de Bordeaux, Bourg , Blaye et Libourne leur précieuse cargaison et on devait s'acquitter  de l'impôt sur le sel dit " La Gabelle", qui était un impôt indirect très impopulaire prélevé sur le sel alors monopole d' État sous l'ancien régime, c'est la révolution qui l'abolit. de cette époque lointaine la ville a conservé la tradition et chaque année en septembre se déroule la foire et fête " Les Médiévales Troque-sel ".

Pour en savoir plus sur Bourg  parmi les sites à visiter :  , http://www.bourg-gironde.net  : http://www.estuaire-gironde.fr/catalogue/annuaire/bourg-sur-gironde.html et pour les monuments  protégés et classés vous rendre sur : http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/ ( base Mérimée) et le mieux si vous passez dans la région vous y rendre !!! bonne visite.

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par riviereesperance à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :