l'ABC de Riviereesperance

30 avril 2016

500 ème MESSAGE POSTÉ .........

Odilon est venu voir sa webmaster  et Fred, son peintre officiel, pour leur dire que le 500 ème message méritait quelques lignes et surtout il voulait remercier toutes les personnes de bonne volonté, qui par leur concours soit pour des textes, pour des images et photos ( ce qui devient de plus en plus dur à obtenir...) ont contribué à arriver à ce chiffre magique.

 

journal_grand

 

Magique, elle l'est notre belle rivière Espérance si bien racontée par Christian Signol, magique aussi par la beauté de ses paysages formés au fil des millènaires, des villes et villages sur ses bords, son histoire, et sa beauté qui nous est offerte et que nous devons préserver de toutes les sortes, but modeste de ce petit blog d'amateur qui n'a pour vocation que de vous faire découvrir, ou redécouvrir ce qui fait notre patrimoine et que nous devons transmettre aux générations futures, car au delà de toutes ces beautés parvenues jusqu'à nous, des femmes, des hommes, ont vécu, souffert pour faire le lien avec nous, ne l'oublions jamais.

Merci encore de votre fidélité à tous.

 

D-Colllin

Crédit photo de  "Didier Collin - www.oiseaux.net" avec nos remerciements pour son autorisation.

 

Posté par riviereesperance à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


20 avril 2016

LE PONT DE LIBOURNE ( 33 GIRONDE)

Le Pont de Libourne qui relie Libourne à Arveyres, fut construit  entre 1821-1825 par la Société Compagnie des ponts de Bordeaux et Libourne, ses concepteurs étaient Mrs Jean-Baptiste Billaudel ( 1793-1851) et Claude Deschamps (1765-1843).

pont1

 

( Photos studio plume et eau)

 

 

Il s'agit d'un pont en arc de pierres. Tout ce qui a été dit sur la construction du pont de Bordeaux, quand aux formes et au système de construction, s'applique au pont de Libourne. Le pilotage, les châssis d'entretien, les enrochements, les caissons, les contres, les voussures des arches, le mélange de la pierre de taille et de la brique, l'évidement du massif supérieur des piles, la double pente vers les abords et la décoration architecturale, ont été projetés et exécutés d'après les mêmes principes.

 

Pont2

 ( Photos studio plume et eau)

Une petite précision qui vient de nous être fournie par Mr Guy BOYER :  Autre caractéristique communes aux deux ponts de pierre, l'entrée des voûtes en pierre est marqauée d'un détail architectural appele " corne de vache", visible sur la dernière photo et à voir sur le lien https://structurae.info/ouvrages/pont-de-pierre-1822

 

En effet, la construction de ce pont fut assurée par M. Deschamps, inspecteur divisionnaire des Ponts et Chaussées et par M. Bonnetat, ingénieur ordinaire. Et ce fut ce même M. Deschamps qui assura la construction du pont de Bordeaux.  Comme le pont de Bordeaux, la chaussée est formée par un arc en briques portant une maçonnerie de cailloux. Chaque entrée des deux ponts est accompagnée de deux pavillons, dont l'un sert à la perception du péage et l'autre à la garde pour la police. Seule différence, les pavillons du pont de Bordeaux sont enrichis d'un porche formé de deux pilastres et de deux colonnes.

La première pierre de la construction de ce pont fut posée le 24 août 1820, jour de la fête du roi. Il fut livré au public le 25 août 1824. Le péage de ce pont fut supprimé le 1er juillet 1842 par décision ministérielle.

En août 1944, 2 piles et 3 arches ont été détruites par fait de guerre, en 1947-1948 les piles et les arches sont reconstruites " à l'identique". En 1975 le tablier est élargi : chaussée de 13 m et 2 trottoirs de 1,25 m, de de 1999 à 2000 : travaux d'étanchement et de restauration des maçonnerie.

Sources : Structurae http://fr.structurae.de/ . D'après " Les Ponts sur la Dordogne " de Mr Guy Boyer, que nous remercions vivement pour son prêt

Posté par riviereesperance à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

13 avril 2016

LA MAISON-FORTE DE REIGNAC ( 24 DORDOGNE)

La Vézère est surtout connue pour sa vallée qui sur environ 50 km rassemble quelques uns des sites les plus riches et les plus célèbres de la préhistoire européenne, attestant de la présence de l' homme depuis plus de 400 000 ans, et son classement au patrimoine mondial de l' UNESCO depuis 1979 , rassemblant 147 gisements remontant jusqu'au paléolithique et 25 grottes ornées.

" Les versants des falaises qui bordent la rivière sont creusés de multiples grottes et abris sous roche qui ont été témoins de l'avènement des premiers hommes et de l' évolution de leur civilisations, dont l'aboutissement se trouve sur ces rives à la Madeleine, gisement éponyme d'une civilisation aux techniques raffinées, aux mentalités évoluées et aux admirables manifestations artistiques. Lascaux prestigieuse " Chapelle Sixtine de la préhistoire", Font de Gaume, Rouffignac, Combarelles et tant d'autres, moins connus, portent témoignage de cultures a bien des égards demeurées mystérieuses. Des millénaires plus tard, les peuples du haut Moyen Âge, barricadés dans leurs forteresses troglodytiques, comme à la Roque-Saint-Christophe, virent poindre à l'horizon de la Vézère les redoutables drakkars normands."

 

MF1

 

    C'est ainsi que l'on trouve en surplomb de la vallée de la Vézère, une falaise, site troglodytique que les hommes préhistoriques avaient déjà choisi il y a 20 000 ans  :  la falaise percée de vastes terrasses naturelles " La Maison- Forte de Reignac", repaire noble qui permettait de surveiller  le gué.  Conservé dans un état exceptionnel et entièrement meublé d'époque, il est en France, le seul monument de ce type " château-falaise" totalement intact, classé Monument Historique depuis le 16/10/1964. L'époque de construction  de la Maison forte date du XVI ème siècle, sur les trois niveaux épousant la roche, on croise des logis, une chapelle, un cachot, des oubliettes .... Pour rappeler comment les anciens avaient pris possession de cette portion de la vallée, l'une des grandes salles troglodytiques au premier niveau, présente des vitrines où sont exposées des pièces archéologiques originales issues des fouilles in situ et des copies. Outils, armes et objets retracent la vie des époques préhistoriques . Dans une salle à part à la sortie du site le musée " de la justice au Moyen-Âge" et qui onstitue un message contre la peine de mort et la torture.

 

mf2

Ext1

int1

( Merci à un ami du blog Jeannot, qui se reconnaitra, pour nous avoir fourni de nombreuses photos du site prises lors de sa visite )

Avant de vous y rendre vous pouvez d'ores et déjà effectuer une visite à 360° à l'adresse suivante :http://www.maison-forte-reignac.com

 

 

 

 

 

Posté par riviereesperance à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

04 avril 2016

LE PONT COUDÉ DE BRANTÔME ( 24 DORDOGNE)

Si vous passez par Brantôme que l'on appelle " la Venise du Périgord", ne manquez pas d'aller voir le Pont Coudé, il en existe fort peu et il est en parfait état.

"Construit sous l' abbatiat de Pierre de Mareuil dans la première moitié du XVI ème siècle, le pont coudé de Brantôme, ou pont du Couvent, permettait aux moines d'accéder depuis l'abbaye, aux jardins situés sur la rive gauche de la Dronne, car il fallait à la fois enjamber le Canal des Moines et la Dronne tout en se devant de résister au courant parfois impétueux, en facilitant le dégagement de tout ce qui pouvait l'encombrer.
Très endommagé par la crue de 1735, il a été restauré de 1736 à 1738. La morphologie de ce pont demeure énigmatique.

Pont composé de 10 arches dont trois sont en retour d'équerre. Elles sont séparées par des piles à avant-becs triangulaires et glacis. Le parapet repose sur une plinthe à modillons."

Le Pont Coudé est classé depuis le 24/07/1912 aux M.H. ( sources : base Mérimée : www.culture.fr/public/mistral/merimee)

 

PC11

pc2

PC3

pc6

PC001

( Photos du Pont, vue depuis la rive Droite, sur le Pont, depuis l' abbatiale, photos studio Plume et eau)

 

Posté par riviereesperance à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

30 mars 2016

LA LIDOIRE AFFLUENT DE LA RIVIERE DORDOGNE

Petite rivière deviendra grande, c'est en effet le cas du ruisseau " La Lidoire " d'une longueur de 49,5 km qui coule en rive droite de la rivière Dordogne, dans les départements de  la Dordogne et de la Gironde.

En effet, elle traverse de nombreux sites formant un patrimoine touristique et historique important, on peut citer:  Castillon-la-Bataille : la bataille de Castillon eut lieu le 17 juillet 1453 sur les bords de la Lidoire, et c'est là que les troupes françaises furent victorieuses des troupes anglaises et mirent fin à la guerre de Cent ans et au règne anglais en Aquitaine ces derniers se retirant. Elle coule  aussi du côté de Saint-Michel-de-Montaigne, où le grand homme passa sa vie en son château de Montaigne, dans sa chère bibliothèque. Il existe un pont : le Pont de Saint-Michel-de-Montaigne qui fut bâti au XVI ème siècle a la demande de Pierre Eyquem, père du célèbre philosophe. Ce pont traversant  la Lidoire mène vers papassus où habite la nourrice du petit Michel. L'édifice permet également de transporter en toute sûreté la farine fraîchement moulue du moulin qui se trouve tout près du pont.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le pont se situe directement sur la ligne de démarcation et ferme l'entrée en zone libre par une chaîne aujourd'hui disparue.

Riv

La Lidoire à Fraisse ( non loin de sa source en Dordogne)

https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3ALidoire_river_near_Fraisse_(Dordogne%2CFr).JPG crédit auteur : Par Havang(nl) (Travail personnel) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) ou GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html)], via Wikimedia Commons)

Lidoire_2

( Parcours de la Lidoire, en haut à Droite depuis Bosset, puis Saint Méard-de-Gurçon, Saint-Michel-de-Montaigne et Castillon-la-Bataille en bas à gauche)

C'est sur la commune de Bosset ( en Dordogne) que la Lidoire prend sa source, elle va alors s'étirer durant ses 49,5 km passant  entre autres dans les cantons de la Force, Fraisse, Montfaucon, Villefranche-de-Lonchat, elle arrose 19 communes entre la Dordogne et la Gironde, et possède 11 affluents.Non loin de Carsac-de-Gurson ( Dordogne) se dressent les ruines de ce qui fut le moulin à eau de la Lidoire datant du XVIII ème siècle, il se dresse sur un pont en arceau qui enjambe la rivière. Tout à côté se trouve le moulin à vent dit " des Cabanes" relativement bien conservé. il double le moulin à eau en cas d'asséchement de la rivière. il porte la date du 12 mai 1753.

visit

Le Moulin de saint Cloud propriété de Michel de Montaigne en 1582 ( source : " Visites en aquitaine", licence Creative Commons, Région Aquitaine, ATTIQUE, Les Développemebnts durables.

"En s'avançant vers le village de Carsac-de-Gurçon, vous pourrez y admirer l'église Saint-Pierre-de-Carsac ( classée M.H depuis le 05/06/1940)  : église à nef unique de cinq travées du XII ème siècle, non loin les ruines du château de Gurçon qui fut bâti au XII ème siècle, rasé en 1254 par Henri III, roi d' angleterre. Reconstruit au XIV ème siècle il était la possession des comtes de Foix-Cancale et ce jusqu'au XVIII ème siècle . Il eut l'honneur de recevoir les visites royales de Henri III et Henri IV. A la Révolution il tomba en ruines, mais il subsiste d'importants vestiges : remparts, chatelet d'entrée effondré, tours, escaliers de pierre. Il est inscrit aux M.M depuis le 6 décembre 1948. Tout au long de son tracé la Lidoire rencontre Moulins à eau et châteaux  ruinés pour certains".( sources : http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/

La Lidoire va confluer avec la Dordogne dans le département de la Gironde, entre les communes de Castillon-la-Bataille et Lamothe-Montravel, un kilomètre à l"est du centre-ville de Castillon-la-Bataille.

Casti

( photo studio plume et eau )

Textes de : " visites en Aquitaine- Région Aquitaine, ATTIQUE, Les Développements durables :http://visites.aquitaine.fr pour y voir les moulins et édifices bordant la Lidoire taper : riviere Lidoire .)

 

 

 

Posté par riviereesperance à 07:00 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :