C'est le 17 août 1803  ( le 29 thermidor de l'an XI ) que naquit dans une pauvre maison de la rue Notre-Dame-du-Château à Bergerac,  celui que les bergeracois appelaient simplement :  " SOLEIL " tout court.

Il était tailleur tout comme son père. Jean Beausoleil était presque illéttré. il composa ses poèmes en langue française et en langue  d' Oc, mais presque tous sont perdus. Poète bergeraçois qui écrivait en occitan et en Français. Si son oeuvre est mince, on connait de lui une " Responsa à la cançon de Jasmin " publiée par le Journal de Bergerac en 1843, après sa mort, et qu'il aurait écrite après avoir lu le poème du barde agenais " Lou boun diou me diu".

Il mourut à 34 ans. C'est sur sa tombe, , que Jasmin jeta quelques fleurs en souvenir d'un poète sorti comme lui des classes populaires et prononça :

" E lou puple aquel jour perdet un grand cantaire !

Lou Soulel generous

I abio prestat soun noum :

S'apelabo Soulel !

E Lou Soulet sans douto

I Abio tabe Prestat soun fet"

" JASMIN"

 

Son souvenir est gardé par les Abeilles Bergeraçoises qui lors du centenaire de sa mort  en 1937, ayant à leur tête le Majoral Pierre Benoit venu de Périgueux, ont apposé une plaque de marbre sur sa tombe au cimetière Beauferrier à Bergerac.  Elle est toujours entretenue ce qui est réconfortant pour la mémoire de Jean Beausoleil, dont un boulevard de Bergerac porte le nom.

Beausoleil1

Beausoleil2

 

Pour les personnes intéressées , nous les renvoyons aux actes du Colloque tenu sur: " Jasmin et ses disciples dans le  Bergeracois " en 1998 , sous la plume de Monsieur Bernard LESFARGUES