Christophe de Beaumont, né au château de Laroque à Meyrals ( 24 Dordogne) le 26 juillet 1703 était le troisième fils du chevalier de Beaumont, seigneur du  Repaire et sa seconde épouse Marie-Anne de Lostanges de Saint Alvère

 

Mr-Portrait-nb

 ( Portrait source : Gallica)

Il entra dans les ordres et fut ordonné prêtre le 19 juin 1734 et il fut successivement  : chanoine comte de Lyon ( 1732) Grand Vicaire deBlois (1735) official du diocèse de Blois (1737), abbé de Notre-Dame-des-Vertus au diocèse de Chalons (1738) Évêque de Bayonne (1741), archevêque de Vienne en 1745, et à l'âge de 43 ans il fut élevé à l'archeveché de Paris en 1746 et il y restera jusqu'à sa mort survenue en 1781.

Christophe de Beaumont, grand érudit, fut élu proviseur à la Sorbonne, mais il était surtout réputé pour  son immense bonté et sa grande charité . Son palais était ouvert à tous et plus particulièrement aux pauvres, il fit de son palais durant quelques temps l'asile de tous les malades de l' Hôtel-dieu qui avait pris feu, n'hésitant pas à prodiguer lui même des soins aux plus éprouvés. il était si aimé du peuple que lors de ses obsèques tous les pauvres de Paris l'ont accompagné à sa dernière demeure.

Mais Monseigneur Christophe de Beaumont est plus resté dans l'histoire par son combat contre les Jansénistes pour les forcer à accepter la bulle :  "Unigenitus" ( promulguée par le pape Clément XI) et qui condamnait leurs doctrines. Sa rigueur quant au dogme et à la morale  et son intransigeance tant à l'encontre du Parlement que la Cour lui valurent d'être exilé par le roi Louis XV, d'abord à Conflans et Lagny, puis en  son château de dordogne ( de décembre 1754 à 1759 et à nouveau en 1763). Mais il continua par la publication de ses mandements et ordonnances, à administrer son diocèse et combattre le Jansénisme.

il entra aussi en conflit avec les philosophes des Lumières, il condamna " L'Emile" de Jean-Jacques Rousseau (1762) signalant les erreurs contenues dans l'ouvrage du point de vue de la doctrine catholique, Jean-Jacques Rousseau lui répondit en 1763 par sa : " Lettre à M. de Beaumont".

Sur un de ses portraits se trouvant au Château de Laroque, il est vêtu de bleu pervenche et non du célèbre rose évêque, conforme à son état. En effet, avant d'oper pour le rose les évêques portaient des soutanes bleu mauve et Mrg de Beaumont y avait ajouté le rabat, signe de gallicanisme auquel il tenait beaucoup et qui fut supprimé par le clergé français après la guerre de 1914.

Selon l'usage longtemps observé, il fut inhumé le 12 décembre 1781 à Notre-dame-de Paris, son coeur se trouve dans l'église de Saint-cyprien (24). On peut voir dans Notre-dame de Paris dans la chapelle Saint -Ferdinand sa pierre tombale.

Il était Duc de Saint-Cloud, Pair de France et Commandeur de l'Ordre du Saint-esprit

 ( Sources : SHAP 2005 volume CXXXII-  )

2467

(château de Laroque, vue aérienne provenant du site de notre ami  Philippe Dufour : http://vent.ouest.pagesperso-orange.fr/text/index.html, avec nos remerciements pour sa participation à notre blog, d'autres photos à voir sur son site)

 

 oraison-funebre

 ( Oraison funèbre prononcée lors de ses obsèques, Source : B.N Gallica : http://gallica.bnf.fr