A l'est de Saint-Privat, l'imposante forêt de Quinsac ( 750 hectares) sépare Saint-Julien-aux-Bois  du Cantal. Proximité lisible dans son toponyme puisque la préposition " aux" a remplacé " ô" qui signifiait " auprès du bois". Au XII ème siècle elle était mentionnée sous le nom de Saint Julien d'Alboy qui restera jusqu'à la Révolution et  prendra lors le  nom alors de Julien-Quinsac, pour revenir plus tard à Saint -Julien -aux -Bois.Ce joli village se situe dans la région de la Xaintrie, c'est un plateau entaillé de gorges profondes qui sont formées par les trois rivières : la Maronne, la Cère et la Dordogne.

La commune s'étend selon un habitat dispersé caractéristique avec  ses dix hameaux elle est bordée au sud par la Maronne affluent de la rivière dordogne. C'est un ancienne  viguerie (Une viguerie ou vicaria est une juridiction administrative médiévale dans le Sud de la France  apparue à l'époque carolingienne. Elle tient son nom de celui du lieu où elle était rendue. Elle était administrée par un viguier, c'est-à-dire un juge dont les compétences varient, selon les régions et les époques, du juge de cour d'assises à celui de juge de paix rural. Les vigueries ont disparu en grande majorité sous Louis XV en 1749, suite à un édit supprimant les petites juridictions.  Source  d'après  : http://dictionnaire.education/fr/viguerie.

La châtellenie d' Alboy, installée dans la vallée de la Maronne était possession de 1157 à 1633 de la famille d' Alboy ( village disparu) .L'histoire de la famille d' Alboy est racontée par un de leurs descendants Monsieur Gérard d'Alboy , sur le site de nos amis : http://www.xaintrie-passions.com, très documenté avec de nombreuses photos. Le château actuel, édifié au XVII ème siècle fut remaniée à plusieurs reprises au XVIII ème siècle, dans le village la rue du château a gardé ses maisons intactes avec leurs annexes construites en gros appareil de granit ( 18ème et 19 ème), matériau majeur dans la région. sur le site de nos amis 

 

rue sjb

 

 

eglise-sjb1

(  en haut rue du village et Eglise ci-dessous, photos du site de notre ami : http://brive.pagesperso-orange.fr qui nous aide et nous faire découvrir sa belle Corrèze, merci à lui)

L'église placée sous le patronage de Saint Julien Martyr, est récente. En piteux état au XVIII ème siècle, elle a été restaurée et agrandie au XIX ème siècle. Elle renferme quelques pièces intéressantes : une croix de procession qui serait datée du XII ème siècle, un tableau : L'' adoration des Bergers du XVI ème siècle et un calice  (18ème/20ème siècles). Le presbytère daté des XVII et XX èmes siècles est un très beau bâtiment  qui est aujourd'hui propriété de la commune.

 

fontsourds1

( photo extraite du site de nos amis : http://www.xaintrie-passions.com, à ne pas manquer de visiter , merci à eux de leur collaboration)

Non loin du village on trouve la Chapelle Saint-Pierre-aux Liens qui renferme une croix processionnelle en laiton du XII ème siècle. L'été le premier dimanche du mois d'août se déroule une procession à l'initiative des : "  Amis  de la Chapelle Saint-Pierre." Non loin on trouve aussi "La fontaine des sourds", fontaine réputée pour guérir de la surdité et objet de nombreux pèlerinages jadis dans ce que l'on appelait les " fontaines de dévotion" .

 

croix1

( photo extraite du site : http://croixdeschemins.blogspot.fr)

Aux alentours : Au Puy de Quinsac un superbe panorama sur les monts du Cantal et la ville voisine de Pleaux. On trouve aussi des croix de granit, caractéristiques du patrimoine régional :   La Besse ( au nord de Saint Julien) se trouvent un manoir et une croix de granit datée du XIV ème siècle sur fût pyramidal à bubons. ( le mot bubon est un terme ancien ayant pour synonyme : abcès, pustule.  La peste sévit dans le Massif Central dès 1580. C'est à ce moment là que les croix à bubons se multiplièrent dans la région témoin de l'épidémie. Les protubérances arrondies sculptées sur le fut des croix évoquent la peau des pestiférés. Ces croix étaient à la fois des ex-votos des malades ayant survécu à l'épidémie et des supplications pour demander que le fléau ne s'abatte pas sur le village. source : http://croixdeschemins.blogspot.fr/2009/09/les-croix-different-dabord-par-leur.html, site très intéressant, la photo ci-dessus  en est extraite)

Sur le territoire de la commune se trouvent " les fermes du Moyen-Âge en Xaintrie" reconstitutions fidèles de chaumières aux murs de pierre et toit de chaume dans leur environnement de jardins et vergers et que l'on doit à Monsieur Pierre Gire et son père que après plus de 20 années de recherches ethnographiques ont reconstitué cet habitat, la visite, en attendant de vous y rendre !!! vous pouvez la faire sur le site de http://www.xaintrie-passions.com.