Le Pont de Libourne qui relie Libourne à Arveyres, fut construit  entre 1821-1825 par la Société Compagnie des ponts de Bordeaux et Libourne, ses concepteurs étaient Mrs Jean-Baptiste Billaudel ( 1793-1851) et Claude Deschamps (1765-1843).

pont1

 

( Photos studio plume et eau)

 

 

Il s'agit d'un pont en arc de pierres. Tout ce qui a été dit sur la construction du pont de Bordeaux, quand aux formes et au système de construction, s'applique au pont de Libourne. Le pilotage, les châssis d'entretien, les enrochements, les caissons, les contres, les voussures des arches, le mélange de la pierre de taille et de la brique, l'évidement du massif supérieur des piles, la double pente vers les abords et la décoration architecturale, ont été projetés et exécutés d'après les mêmes principes.

 

Pont2

 ( Photos studio plume et eau)

Une petite précision qui vient de nous être fournie par Mr Guy BOYER :  Autre caractéristique communes aux deux ponts de pierre, l'entrée des voûtes en pierre est marqauée d'un détail architectural appele " corne de vache", visible sur la dernière photo et à voir sur le lien https://structurae.info/ouvrages/pont-de-pierre-1822

 

En effet, la construction de ce pont fut assurée par M. Deschamps, inspecteur divisionnaire des Ponts et Chaussées et par M. Bonnetat, ingénieur ordinaire. Et ce fut ce même M. Deschamps qui assura la construction du pont de Bordeaux.  Comme le pont de Bordeaux, la chaussée est formée par un arc en briques portant une maçonnerie de cailloux. Chaque entrée des deux ponts est accompagnée de deux pavillons, dont l'un sert à la perception du péage et l'autre à la garde pour la police. Seule différence, les pavillons du pont de Bordeaux sont enrichis d'un porche formé de deux pilastres et de deux colonnes.

La première pierre de la construction de ce pont fut posée le 24 août 1820, jour de la fête du roi. Il fut livré au public le 25 août 1824. Le péage de ce pont fut supprimé le 1er juillet 1842 par décision ministérielle.

En août 1944, 2 piles et 3 arches ont été détruites par fait de guerre, en 1947-1948 les piles et les arches sont reconstruites " à l'identique". En 1975 le tablier est élargi : chaussée de 13 m et 2 trottoirs de 1,25 m, de de 1999 à 2000 : travaux d'étanchement et de restauration des maçonnerie.

Sources : Structurae http://fr.structurae.de/ . D'après " Les Ponts sur la Dordogne " de Mr Guy Boyer, que nous remercions vivement pour son prêt