"C'est dans la partie amont du bassin de la Dordogne, rivière classée réserve mondiale de biosphère de l' UNESCO, la ZPS  ( Zone de Protection Spéciale) des Gorges de la Dordogne s'étend sur près de 80 kilomètres de gorges boisées entre l'Auvergne et le Limousin. Le périmètre inclut quelques kilomètres de gorges affluentes ( Chavanon, Auze, Maronne) et une partie des plateaux environnants."

 

bort-amont

( Départ des gorges de la Dordogne entre Bort-les-Orgues- en amont- et Argentat en aval - photo Studio Plume et eau )

"Si 16 espèces d'oiseaux d'intéreêt européen se reproduisent au sein de la zone, dont 14 de façon régulière. La moitié est constituée de rapaces diurnes, deux espèces d'aigles rares et localisés y trouvent refuge : l'aigle botté et le circaète Jean-le-Blanc, ainsi que le milan royal. D'autres rapaces forestiers ou nichant dans le milieux rocheux exploitent aussi les gorges pour se reproduire et les plateaux pour s'alimenter. Cette zone Natura 2000 constitue donc un espace écologique cohérent pour la préservation de ces espèces d'intérêt européen. Les forêts spontanées de feuillus couvrant les pentes des gorges s'étendent sur 70 000  hectares et 150 kilomètres de part et d'autre de la Dordogne, dont une grande partie est classée Natura 2000. On y trouve aux côtés des rapaces trois espèces de pics ( pic noir, pic mar et le rare pic cendré). D'autres espèces sont liées aux landes ( busard Saint-Martin... et l'engoulevent d' Europe). "

Engoul

( Photos publiée avec l'aimable autorisation de son auteur Jean-Marc Rabby, du site oiseaux.net ( voir ci-dessous le lien) tous nos remerciements pour son apport au blog.)

"L'engoulevement d' Europe ( Caprimulgus europaeus, de la famille des Caprimulgidae) est un oiseau élancé à tête large et aplatie, petit bec noir, pattes sombres très courtes, ailes fines et pointues, longue queue. La teinte générale de l'oiseau est terne, nuancée de brun, gris et beige jaunâtre, couleurs qui lui donnent un plumage cryptique (qui a pour effet de dissimuler un animal lorsqu'il est dans son milieu naturel et lui permet de se protéger des prédateurs.)"

"Le mâle possède deux taches blanches à la gorge, deux autres vers la pointe des ailes et deux dernières se situant aux coins extrêmes de la queue. La femelle est plu terne portant seulement deux taches jaunâtres peu visibles sur la gorge. La longueur totale du corps est de 26 à 28 cm pour un poids de 50 à 110 g."

"C'est un insectivore crépusculaire et nocturne au vol silencieux pour chasser ses proies, son activité se déroule en début et fin de nuit, il consomme en moyenne 17 g de nourriture journellement : papillons nocturnes, mais également de coléoptères, il chasse dans les landes, friches, parcours, coupes et lisières forestières, clairières et prairies."

"C'est un migrateur qui arrive à partir de la mi-avril et sera présent jusqu'en septembre. Il niche au sol dans le bocage, les landes, friches, lisières et clairières forestières : le nid est une cuvette sur une portion de sol nu, parsemé de bois mort, de feuilles ou d'aiguilles, de mousse,mais sans herbe. Deux pontes ont lieu une fin mai et l'autre vers fin juin. Chaque ponte comporte deux oeufs c'est la femelle qui couve ( 17/18 jours) les jeunes volant vers 16/17 jours. Le mâle les prends en charge à ce moment pendant que la femelle entreprend la deuxième ponte. Avant qu'ils puissent voler, les jeunes ne peuvent compter que sur leur mimétisme avec le milieu et leur immobilité. Les jeunes des premières couvées commencent leur migration fin juillet, les adultes débutent la leur fin août mais l'essentiel des départs a lieu en septembre. Les retardataires ont quitté notre continent vers la mi-octobre."

"C'est une espèce protégée (article 1 et 5 de l'arrêté modifié du 17/04/81), inscrite à l'annexe 1 de la directive Oiseaux et à l' annexe II de la convention de Berne. Son statut de conservation en Europe est défavorable car lié à la destruction d'une partie de ses habitats traditionnels ( landes, dunes boisées), l'évolution des exploitations agricoles vers une concentration  d'élevages intensifs, la mécanisation des travaux forestiers pendant la période de reproduction, peut contribuer au déclin par la destruction des nichées, l'utilisation des produits phytosanitaires qui limitent les proies .Sur le document d'objectifs établi par www.limousin.developpement-durable. gouv.fr  de  2011   l'engoulevent a été estimé " selon estimation grossière  à plus ou moins 50 et se trouve en déclin d'où les mesures préconisées par le document indiqué ci-dessus."

Textes tirés de https://inpn.mnhn.fr/docs/cahab/fiches/Engoulevent-deurope.pdf - vous pourrez y consulter l'entier dossier . A consulter également le site suivant : http://www.oiseaux.net/oiseaux/engoulevent.d.europe.html et http://gorgesdeladordogne.n2000.fr - http://www.limousin.developpement-durable.gouv.fr