Odilon a repris ses recherches pour alimenter le glossaire de la rivière voici ses premières trouvailles pour 2014:

odiglos

 

 

MALPAS : comme son nom l'indique, c'est un rapide tumultueux et grondant que l'on retrouvait à certains passages de la rivière et qui était redouté par les gabariers.

Eusèbe Bombal dans son ouvrage réputé : " La Haute dordogne et ses Gabariers  " nous fait la description d'une descente depuis le village de Spontour . En effet c'est en 1933 que plusieurs anciens gabariers devaient construire un bac afin de refaire le chemin depuis Spontour au port de Gintrac.

"Les gabariers ont fait escale sur leur chemin à Argentat : " A 9 h 45 nous quittons Argentat et ses curieuses maisons du port. Nous sommes bientôt au fameux " Mal pas " . Un gros rocher, prolongé par une petite île, se dresse au milieu de la rivière. Notre pilote et les deux bateliers se démènent ferme pour prendre le rapide de gauche et longer l'île, évitant ainsi l'écueil où nous pourrions  échouer et même percer la gabare. Nous admirons une fois de plus la maîtrise et la science de notre piroguier qui a franchi le redoutable " Mal pas" presque avec le sourire. "

Arg

Longour

Argentat, et le longour à Argentat (19)

 

GRAVIER : Rochers et graviers qui encombrent le lit de la rivière.

MEILHE : Un contre-courant remontant . C'est un très dangereux passage. Dans la descente de la Dordogne, un patron gabarier cite: " la Meilhe de Combelonge, en aval d' argentat : elle est entre le confluent de la Maronne et le Malpas, elle est proche de la rive gauche. Cette meilhe à 35 à 40 mètres de long et elle peut avoir 6 à 8 mètres de large en fonction du niveau des eaux."

RAJOL : un rapide ( ci-dessous les rapides du Saut de la Gratusse à Lalinde) " E. BOMBAL écrivait : "... Ce redoutable Saut de la Gratusse il s'agit non seulement de franchir une chute de 1,30 m, mais de parcourir en 15 secondes les 100 mètres de longueur d'un chenal étroit, au m milieu de fortes vagues et entouré de toutes parts de rochers qui dans les temps de grandes sécheresses s'élèvent à 0,50 m au dessus de l'eau. ( extrait d'un mémoire sur les canaux de la Corrèze 1826). C'est pour éviter ces cataractes de la Gratusse que fut construit le canal de Lalinde et le barrage de Mauzac ( voir blog lettre " C ")

lalinde

Les rapides à Lalinde (24)

PLATANS : Rochers larges et plats à demi submergés.

GOUR : ou dormant. Bassin d'eau calme souvent retenu par un rocher dont la base est dans le lit de la rivière. Une eau dormante.

Rivie

( Sources bibliographiques : JB BLAUDY " Gabarier sur la Dordogne, Ed La Table Ronde 1995 - E.BOMBAL " La Haute Dordogne et ses Gabariers" Editions Les Monédières 1981, réédition de l'édition de Tulle 1903.