L'or a toujours suscité la convoitise des hommes et si beaucoup à l'évocation de ce nom pensent à la fameuse " ruée vers l'or " des années 1840 dans l' Ouest américain, nous avons en France quelques rivières contenant des " placers" ( plages de graviers pouvant contenir des concentration de paillettes) : le long de notre rivière Espérance, quelques rivières du Puy-de-Dôme, du antal, du Lot, de la Corrèze, de la Dordogne.

A la période de l'antiquité des écrits nous apprenent que la Gaule avait des richesses aurifères, des découvertes archéologiques confirment que 400 ans avant JC on creusait le sous-sol du Limousin à la recherche du précieux métal.

C'est à partir des XV/XVIII èmes siècles que l'on verra apparaître l'activité d'orpailleur ( venant de l'ancien français : harpailler, saisir - qui lave les alluvions aurifères pour en retirer les paillettes d'or), aujourd'hui désignée sous le nom de chercheur d'or. Cette activité ayant pris une grande extension des règles furent établies afin d'encadrer cette activité . A partir de 1810 le code minier va réglementer  cette activité tant pour les professionnels que pour les particuliers.

Tout au long des départements traversés par la Dordogne et ses affluents on trouve des rivières telles que : La Jordanne ( Cantal), La Vézère (Corrèze) et dans la Dordogne l'Isle, l' Auvézère, dans le Lot au camping de Souillac où furent trouvées quelques petites paillettes. Ce sont bien souvent des traces d'or et à la suite de nombreux lavages.

Gorges_jordanne_12

La Jordanne

En ce qui concerne le Cantal de nombreux points susceptibles de recéler de l'or on trouve : Chaudes-Aigues, La Jordanne a été jadis exploitée dans la région d' Aurillac on peut situer les paillettes de la Jordanne venant du Cirque de Mandailles. En Corrèze les cours d'eau qui prennent naissance sur le plateau du Limousin : l' Isle, l' Auvezère, la Vézère, la Louyre sont réputées aurifères. Dans le Puy-de-Dôme il existe à Labessette d'anciennes mines d'or romaines près du lieu appelé" le camp de César " on peut y voir quelques vestiges de galeries dangereuses et non visitables par manque de sécurité.

Aujourd'hui il existe encore des orpailleurs mais leur recherche est de plus en plus difficile les gisements étant devenus rares au fil des siècles. Mais par contre si vous venez en vacances le long de la rivière Dordogne de nombreux stages d'initiation à l'orpaillage sont organisés, il existe même un championnat des orpailleurs. Les Offices de Tourismes vous renseigneront sur ces stages.

( source : O.T Vallée de la Sianne-Cantal : www://cezalliersianne.asso.fr/ avec nos remerciements.) ( photo source nos amis de Cantal-Passion, merci et me manquez pas d'aller sur leur site vous promener : http://www.cantalpassion.com/

ODILON OR ANIM