Soucieux de rendre la Dordogne totalement navigable, les hommes ont conçu des projets à la limite du raisonnable. Bien avant la réalisation du canal de Mauzac à Tuilières en Dordogne ( voir lettre C du blog), l'un d'eux envisageait de relier l'est de la France au sud-ouest en utilisant la rivière Espérance. Un projet colossal qui aurait permis de rejoindre Paris en utilisant le canal du Centre !

Wvoie_navigale

En 1828 il avait été demandé à des ingénieurs de la Corrèze de faire des repérages et des jaugeages des cours d'eau destinés à l'alimentation de ce canal.

Le 8 novembre 1837, le Ministre du Commerce, de l' Agriculture et des Travaux Publics prenait une décision qui ordonnait l'étude du canal de jonction de la Haute Dordogne à la Loire supérieure. Ce projet très ambitieux devait permettre de mettre en relation Bordeaux à Srasbourg ! Le canal partant de Souillac suivrait la Dordogne par Beaulieu, Argentat, Bort-les-Orgues, remonterait ensuite le Chavanon jusqu'à l'étang de Fayes, suivrait le cours du Sioulet et de la Sioule jusqu'à Varenne, passerait à Chaveroche et arriverait au canal latéral à la Loire. Par les canaux existants, des villes comme Strasbourg, Lyon, Marseille, Paris étaient accessibles.

Wcanal2

Le 2 avril 1839, une délibération du Conseil Général de la Corrèze chargeait l'ingénieur en chef des Ponts et Chaussées : Monsieur Spinasse de fournir un mémoire qui devrait être joint au projet comme document essentiel pour l'enquête d'utilité publique. Le projet n'eut pas de suite. Le gouvernement de Louis-Philippe puis de la Seconde République recula sans doute devant le prix à payer pour un tel projet.

(d'après une conférence donnée à Souillac en 2009 par Monsieur Claude Pesteil, avec nos remerciements)

Wcanal3

( Photos : studio Plume et eau)