Les gorges de la Dordogne sont le canyon creé par la Dordogne entre Bort-les-Orgues (19) en amont et Argentat (19) en aval. Longues de plus de 80 kms elles séparent en parite les départements de la Corrèze à l'ouest et du Cantal à l'est. A l'époque où la rivière Dordogne coulait dans sa vallée naturelle, au dessous du rocher de l' Aigle, elle s'engageait dans de nombreuses gorges abruptes, sans guère d'évasements susceptibles d'abriter prairies et habitations. Au dessous du barrage de l' Aigle ( voir lettre B barrages), il n'y avait que de rares fermes ou hameaux et quelques dizaines d'habitants répartis le long du parcours qui précède le site du Chastang.

La retenue du Chastang allait noyer le chemin de rive depuis le site du barrage jusqu'au lieudit : Le Moulinot à proximité de l' Aigle et tous les ponts : celui d' Eylac, du Chambon, de Spontour. Les expropriations se sont avérées plus faciles à traiter que celles des barrages de l' Aigle et de Bort, car la vallée était étroite et il n'y avait pas de hameaux à l'exception de Spontour. Douze propriété furent submergées sur une longueur de lac de près de 30 km ( au Roffy, au Chambon, à Port Saint-Jean et au Pont d' Eylac, les communes de Saint-Martin-La Méanne, Marcillac-la-Croisille, Saint-Merd-de-Lapleau, Soursac,( le plus grand nombre des expropriations est à Spontour), Bassignac-le-Haut, Auriac, Rilhac-Xaintrie,près de 54 affaires furent traitées.

La grande perte est constituée par l' abbaye de Valette, un ancien monastère cistercien fondé en 1143, mais elle était déjà inactive depuis quelques décennies. Le bâtime nt, en son temps, avait subi été incendié par les huguenots en 1574 et reconstruit début XVIIIème/siècle . Il a été cédé aux Petites soeurs des gardes-malades du père Serres à la fin du XIX e siècle .Quand les eaux du Chastang menacèrent ce qui restait du monastère des ouvriers demandèrent l'autorisation de démonter la porte en arc roman et quelques balustres de l'escalier. Ces vestiges furent remontés à Aurac(19) et l'arc reconstruit dans le jardin public en souvenir de l' abbaye perdue. Ses fondations restent visibles aux basses eaux, elles sont visitées l'été durant les promenades en gabare.

Le barrage du Chastang  a été construit dans une partie particulièrement étroite de la vallée et, semble-t-il, sans nom de lieu-dit, car on lui a donné celui d'une ferme située à proximité. L'histoire de cet ouvrage remonte à 1919 lorsque la Société d''Energie Electrique du Sud-Ouest présenta un projet pour l'aménagement d'une chute de 110 m à 4 km en aval du Pont du Chambon le projet n'eut pas de suite. ...En fait le barrage du Chambon ne fut jamais entrepris mais remplacé par les barrages de l' Aigle,à 19 kms en amont et du Chastang à 12 kms en aval.

W_edfchastang

Crédit Photo : EDF, avec nos remerciements.

  A près diverses péripéties c'est par un décret du 21 Mai 1946 pris en application de la loi de nationalisation du 8 avril 1946 que fut confié à EDF le soin de le construire. Les travaux préparatoires commencèrent à la fin de 1941, les fouilles exécutées en 1946. De 1948 à 1951 : construction de l'usine et du barrage qui nécessita 330 000m3 de béton . La mise en eau eu lieu de mars à juin 1951.

L'aménagement  du Chastang est le plus en aval de la haute Dordogne. Il reçoit les eaux de la dordogne et celles de la Glane de Servières. Les eaux de la Glane, retenues par le barrage voûte de Servières haut de 9 m et long de 100 m, alimentent par l'intermédiaire d'une conduite forcée une petite usine équipée d'une turbine Pelton, implantée en rive gauche du barrage de Chastang.

Le barrage de Chastant  de  type " poids de voûte" se caractérise par un profil triangulaire à parement amont vertical. Ses principales caractéristiques sont :  - hauteur au-dessus des fondations : 79 m, - longueur en crête : 300 m, - épaisseur à la base: 23,6 m, - épaisseur en crête : 6,50 m -.

L'évacuation des crues est assurée par deux déversoirs en saut de ski qui reposent sur le toit de l'usine adossée au barrage et permettent d'évacuer 4000m³/s.

Le barrage du Chastang est le plus long des barrages qui jalonnent la rivière Dordogne, il s'étend sur 30 km de long. C'est un coin réputé pour la pêche , on y pratique a ussi la voile.

Ci-dessous,photo de notre ami de la première heure, Mr Daniel Delrieu, un lacher d'eau au barrage le 4 mars 2007, voir sur son site la vidéo complète impressionnante.

Wcas_delrieuCanon_001

( Sources : " La Dordogne La rivière Asservie, les Grands Barrages,de Pierre Floirat, Editions Les Monèdieres 19260 Treignac - EDF  Groupe d'exploitation Hydraulique Dordogne 19000 Tulle.)