WortraitdrouynFrançois-Joseph-Léo DROUYN est né à IZON ( 33 Gironde) le 12 juillet 1816. Son enfance se déroulera paisiblement mais  la mort de son père en 1826 va changer le cours de sa jeune vie. Son grand-oncle François-Joseph Colin, avocat à la Cour Royale de Paris va prendre en charge son éducation, et c'est ainsi que le jeune Léo à l'âge de 11 ans va se retrouver au collège Royal de Nancy où il restera 8 années sans retourner à Izon.

En 1835 muni de son diplôme de bachelier ès lettres il revient à Izon sa famille le destinant à la carrière du négoce des vins. Mais, durant son séjour à Nancy Léo Drouyn a découvert sa passion pour le dessin, il s'oppose à sa famille et il entre dans l'atelier du peintre Bordelais Jean Paul Alaux, directeur de l'école de dessin de Bordeaux

En  1838 il se marie et quitte Bordeaux pour Paris en 1839 il veut parfaire ses connaissances, de cette époque date son autoportrait. C'est auprès des maîtres de l' époque, Quinsac, Monvoisin, Léon Coigniet, Louis Marvy qu'il va s'initier aux techniques de la lithographie et des eaux-fortes ( il fera de nombreuses lithographies au début de sa carrière).

Il retourne en 1843 en Gironde et il va alors commencer au long des routes et chemins de dessiner, peindre, graver. Mais sa curiosité naturelle l'amène à rec hercher l'histoire de ce qu'il dessine il va donc se pencher sur les archives et faire de l'archéologie ce qui nous vaut aujourd'hui de pouvoir connaître des bâtiments disparus, de paysages qui ont changé. Mais il ne se contente pas d'étudier la Gironde, il va voir les départements limitrophes et c'est ainsi qu'en dordogne il effectuera de nombreux croquis on peut retenir les  170 dessins représentant 78 monuments qu'il offrira à la SHAP ( Société Historique et archéologique du Périgord) dont il était membre depuis sa fondation en 1874.

On va alors le retrouver dans de nombreuses publicagtions ce sera en 1842 il sera parmi les premiers auteurs de la " Guienne Historique et Monumentale" d' Alexandre Ducournu.

Wdroiuyn_1er_dessin

il devient membre de nombreuses sociétés savantes de l'époque. Il sera membre de la Société Française d' Archéologie pour la conservation et la description des monuments ; il participera à l'organisation du Musée des antiques de Bordeaux ( ancêtre du Musée d' Aquitaine) dont il sera le Conservateur. Il sera également membre de la Commission des Monuments Historiques de la Gironde.

Il exposera des tableaux, gravures et des dessins dans plusieurs expositions annuelle de Paris et d'autres villes de province. Il sera couvert d'honneurs et il recevra la croix de Chevalier de la Légion d'honneur des mains de l' Impératrice Régente Eugènie.

C'est à l'âge de 80 ans qu'il décède le 4 août 1896 en laissant une somme de documents devenus très précieux aujourd'hui pour l'histoire de notre région et du Sud-Ouest

( Sources : autoportrait de Léo Drouyn : huile sur toile Léo Drouyn 1839, Musée des Beaux Arts de Bordeaux, Inv. Don Chaveroux 1941 . Croix du cimetière de Saint Sulpice d' Izon (33), lithographie à la plume, bibliothèque de Bordeaux fonds Delpit. Ce document porte le n°1 de l'inventaire des oeuvres gravées de Léo Drouyn. Il s'agit vraisemblablement d'un exemplaire unique.