Odilon a le plaisir de reproduire ci-dessous, le texte qui lui a été envoyé par Mr Michel MANEM, petit fils de Pierre MANEM héros de cette aventure et nous le remercions vivement, car cela fait aussi partie de l'alphabet de la rivière Espérance.

" Cette anecdote se déroula vraisemblablement un peu après la guerre de 1914.

Pierre MANEM, plus connu sur la Rivière sous le " chaffre" de Camille, était patron d'une gabare à voiles pour le compte d'un armateur bordelais, jusqu'au jour où ce dernier décida de lui confier une gabare à vapeur. Il faut dire qu'entre-temps, Camille avait passé avec succès l'examen de Patron au Bornage.

W2eclusebvar

( à gauche arrivée du Canal de Lalinde dans la Dordogne, à droite l'usine Hydroélectrique)

Ce matin là, l'armateur fit venir Camille en son bureau pour l'informer d'un nouveau projet : il s'agissait  de remonter la Dordogne, puis les écluses de Tuilières, pour aller prendre un chargement à Lalinde, sur le canal du même nom. La gabare à vapeur ne devrait pas avoir de difficulté à remonter le courant.

Ce n'est pas la remontée du courant qui posera un problème à l'aller reconnu Camille qui connaissait bien ses rivières ; par contre, au retour, avec son chargement, la gabare aura trop de tirant d'eau pour passer du canal à la Dordogne.

Contre l' avis du gabarier, l'armateur s'entêta, et Camille dut obéir aux ordres. Comme il l'avait prévu, l'aller se passa bien et le bateau fut chargé à  Lalinde. Au retour, ce ne fut pas la même affaire !

Wcanal

( vue du Canal et d'une écluse en arrivant vers la Dordogne)

Une fois entré dans la dernière des trois écluses de Tuilières, celle qui débouche dans la Dordogne, la prédiction de Camille se réalisa.  Quand le niveau de l'eau de l' écluse fut descendu jusqu'à celui de la Rivière, la gabare se retrouva posée sur le fond, et dans l'incapacité totale de se déplacer.


Après quelques essais infructueux il fut décidé de faire appel à la direction de l'usine Hydroélectrique. Après de longues tergiversations, cette dernière accepta d'ouvrir momentanément le barrage pour faire monter le niveau de la dordogne en aval.

Remise à flot, la gabare peut enfin regagner le chenal de la Rivière, et finir ainsi son voyage.

Inutile de dire que l'armateur " fut félicité" par les gens de l'usine et du barrage, et qu'il ne redemanda à aucun de ses gabariers de retenter l'opération. "

Wtuilieres_ecluse_

( le passage dans les écluses du canal dans les années 1900)